La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Blockhaus : Rock'n'Terrorism

BLOCKHAUS - Rock'n'Terrorism

Francisque Production, 2004

RAC metal débridé, France

CD

Après de nombreux reports, l'album de Blockhaus voit enfin le jour début 2005, pour mettre les point sur les J. On n'avait notamment pu entendre le titre « Du Schwein », il y a quelques années sur France explosion 4, et puis voilà que le groupe se décide enfin à sortir son CD, histoire de montrer que le combo est capable de résister aux bombardements les plus puissants que la RAF est capable de commettre. Le carnage commence par « White revolution », après un bombardement de la Luftwaffe, la révolution blanche commence par un mélange de Oï et de métal, qui se laisse entendre, et où l'on se voit reprendre le refrain. On notera que l'accent français est indiscernable, remplacé par un mauvais ton allemand, mais ça fait son charme. « No surrender », est du même acabit, avec des chœurs qui nous obligent à les reprendre, tellement le chant est faux. On passe « Blood for blood », qui est à la limite (quand je dis limite, cela veut dire qu'ils sont à trois millimètres du fossé) du grotesque. Puis « à tous nos camarades », qui se rapprochent plus d'un bon vieux bunker, ou d'un Evil skins, avec toujours des refrains qui sont cette fois corrects. Le titre suivant est toujours chanté avec un accent des plus douteux, et on y remarquera une introduction à la limite du Candelero, avec un truc qui ressemble fort à Ulysse 31. « The land of king », quand à lui pousse le chant en anglais avec un accent Allemand excessivement prononcé, à se demander parfois si les textes ne sont pas en Allemand. Puis après un petit grognement de cochon suit le fameux « Du Schwein », avec une version différente de ce que l'on a pu entendre, en moins bien, désolé. Et la Bretagne, honorée, par ces fous furieux, qui osent caricaturer Bagadou Stourm, à moins qu'il faut prendre le truc au premier degré, à ce moment là nous sommes en face d'un Nettoyage Ethnique. Arrivé à la piste 10, on retombe sur une intro, totalement décalée (d'ailleurs il n'y pas de gare à Saint Francs), puis suit les chœurs « N... S , N...S,NS », qui m'ont laissé sous leur charme: ça à beau être de qualité médiocre, on est envoûté par cette bizarrerie. Et « Vengeance », est du même genre que son précédent, ça vole pas haut, mais qu'est ce que c'est bon, avec ces refrains, seuls textes compréhensibles. Juste avant de finir, nous avons le droit au discours du grand patron, l'extrait indispensable à tout groupe NS (d'ailleurs quel groupe NS, peut se vanter de n'avoir jamais utilisé un vieux discours du \"Guide\"). Enfin, comme nous sommes en présence d'un groupe de RAC, nous devons critiquer les cocos, et c'est ce que font les « block de béton », avec le refrain qui tue « c'est un bonnet rouge », suivi par une piste fantôme, avec un mini titre en allemand, où là on peut vraiment dire que c'est du PIPO.
Pour résumer Blockhaus, on peut dire que c'est un groupe à prendre au second degré, avec un chant en Anglais incompréhensible, un chant en Allemand caricatural, quant au chant en Français... . Au niveau de l'instrumental, ce n'est pas du Mozart, mais ça se laisse entendre, et ça a le mérite d'accrocher, il faut bien avouer, qu'ils connaissent la recette pour coller l'oreille aux enceintes du lecteur CD.
Je pense qu'il ne faut pas espérer écouter un groupe à la Fraction ou Ultimatum, engagé et réfléchi, ici il est question d'honorer les groupes de Oï tels EvilSkin, NS, stupides et fiers de l'être. Ne se prenant pas au premier degré, on arrive à apprécier le truc. Le Cd à mettre après un bon match de rugby, arrosé par une barrique de rosée ; Blockhaus vous permettra de cracher vos boyaux tout en étant content.

M.O.I.