La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Moëvöt : Abgzvoryathre

MOËVÖT - Abgzvoryathre

Autoproduction, 1993

Dark Ambiant Legions Noires, France

Demo tape

Moëvöt est le projet solo de Vordb Dreagvor Uezeerb et Abgzvoryathre en est la première démo. Vous aurez certainement compris par l'orthographe imprononçable et incompréhensible du groupe que ce projet est signé Les Légions Noires. Ces derniers ont depuis 1989 imposés une vision très personnelle du black metal, il est donc important de juger le black metal du damné cercle en tenant compte qu'il n'est pas issu de celui des norvégiens, contrairement à la plupart des groupes actuels qui connurent le bm lors de la surmédiatisation de celui-ci suite au meurtre de vous-savez-qui. La date de cette démo en est bien la preuve, la preuve que LLN inventèrent leur black metal, sans bien sûr exclure quelques influences majeures, tout a bien-sûr une base et une origine. C'était quelque chose de très rare que de faire du BM à l'époque sans recopier les grands classiques d'aujourd'hui, peu de pays développèrent leur propre black metal, la Norvège, bien entendu, mais aussi la République Tchèque (Master's Hammer, 666), la Hongrie (Tormentor), la France (Skull Face et les légions noires depuis Chapel of Ghouls) ou encore la Pologne (Fullmoon etc) sans oublier l'Amérique (Von, Havohej)...

Et la vision que Moëvöt impose est toute particulière : de la musique dans sa forme la plus minimaliste et la plus archaïque possible, le tout en instaurant des atmosphères malsaines, d'une noirceur peu commune. Ici, pas de guitares, pas de grosse batterie, le strict minimum, un vieux violon, une poisseuse guitare basse, des chants ecclésiastiques et mystérieux ainsi qu'un bonne voix bien grasse et maladive.
Le premier morceau nous envoie directement en plein cœur de ténèbres oubliées, sur un chant féminin, Vordb grogne de façon désespérée, puis sur un fond d'orgue dérangeant, blasphème et crache sur le Seigneur en reprenant la prière « Pater Noster ». Les titres qui suivront excluront la voix et laisseront place à des ambiances instrumentales. Maniant habilement l'orgue et la guitare, les atmosphères sont construites d'une façon remarquable, avec si peu; faire autant souffrir est la devise de Moëvöt, bourreau des âmes et prince du minimalisme musical. « Zurghtapre, Chant d'éternité 1 » est certainement la composition la plus marquante de la démo, se basant sur une diffusion puis perception malsaine et dérangeante: des samples de voix et de chants lancinants accolés et juxtaposés. Le résultat est magnifique. La démo se poursuit, toujours dans l'obscurité la plus totale, et se clôture sur le même concept que la quatrième piste mais en chant féminin.
En somme Abgzvoryathre impose un art unique en son genre, une vision des plus particulières du black metal, à une époque où l'art noir évoluait encore de façon normale.
Une œuvre indispensable pour tout amateur de black metal ou de Dark Ambiant, une vision archaïque et minimaliste de la musique.

Jolly Jumper - 8,5/10