La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Acid Witch : Midnight Movies

Hells Headbangers Records, 2015

Death Doom, USA

12'' EP

Acid Witch : avec un nom comme le sien, il va sans dire que nous attendions beaucoup de ce groupe américain. Las, celui-ci n'a pourtant jamais vraiment été à la hauteur des promesses également annoncées par son éphémère collaboration avec Lasse Pyykkö comme chanteur. De fait, si l'implication, à ses débuts, du leader de Hooded Menace, paraissait des plus bandantes, force est de reconnaître que Witchtanic Hellucinations puis le EP Witch House ne dépassaient guère le statut d'anecdotes sympathiques.

Privé du Finlandais et nonobstant un solide menu, Stoned témoignait déjà des limites de cette formation, hésitant entre death baveux et  doom occulte, finalement presque trop parodique pour être prise au sérieux, joujou entre les mains de musiciens réunis pour déconner. Après un silence de quatre années, absence qui semble confirmer ces faiblesses, Acid Witch a décidé de sortir de son caveau pour prendre un peu l'air. Sauf qu'un petit split avec Nunslaughter ("Spooky") et maintenant cette courte rondelle de moins de vingt minutes au jus, c'est bien maigre.

Pourtant et alors que nous n'en  attendions rien ou pas grand chose, ce Midnight Movies mérite le détour. Apparemment, l'abstinence a eu du bon pour les Américains qui nous reviennent plus en forme que jamais, plus inspirés surtout car ayant peut-être enfin trouver leur voie même si le menu proposé n'est en réalité constitué que de reprises (Fastway, Sorcery...). Remisé au fond d'une morgue, ils ont troqué leur death doom séminal pour une espèce de heavy metal antédiluvien néanmoins toujours biberonné aux séries Z et à l'occultisme de foire.

S'il n'a rien perdu de sa rugosité, le chanteur parait parfois s'être coincé les couilles dans la braguette (I'm Back). Ce n'est pas ce qu'il y a de plus réussi dans cette galette, contrairement aux nappes de claviers façon BO de films d'horreur bis italiens, témoin le final de Partytime. Mentionnons également les lignes de guitares souvent jouissives, à l'origine de soli qui le sont tout autant, lesquels zèbrent After Midnight et Soldiers Of The Night.

Peu ambitieux sans doute et laissant un goût de trop dans la bouche, Midnight Movies n'en demeure pas moins l'effort le plus convaincant d'Acid Witch depuis toujours, peut-être justement, argueront les mauvaises langues, parce que ce ne sont pas ses propres compos...  Malgré tout et alors qu'on l'avait un oublié, l'enterrant trop tôt, le groupe fait mieux que se rappeler à notre bon souvenir. Reste à savoir ce que vaudra le prochain album...

Childeric Thor - 7.5/10