La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

At The Gates : Slaughter Of The Soul

AT THE GATES - Slaughter Of The Soul

Earache, 1995

Death metal mélodique, Suède

album CD

At The Gates, groupe de death metal suédois du début des années 1990 commençait à avoir fait un bon petit bout de chemin sous le signe du death mélodique en sortant cet album. C'est malheureusement après celui-ci et le départ des frères Björler et du batteur Erlandsson pour The Haunted que le groupe se sépare. Alors quelques années après, que reste-t-il de \"Slaughter Of The Soul\", et pour les autres, que découvre-t-on en l'écoutant?

En effet, \"Slaughter Of the Soul\" qu'est ce que c'est ? Des riffs à se damner (\"Slaughter Of The Soul\"), des chansons au taquet très méchantes (\"Blinded By Fear\") comme mid-tempo bien solides (\"Under A Serpent Sun\")... On sent que la distro de Slayer allait largement jusqu'à Göteborg déjà à l'époque!

Attention ambiance: l'écoute permet de se recaler grâce à l'interlude mélodique et non moins acoustique \"Into The Dead Sky\" à l'arrangement poussé: At The Gates le place au tournant de l'album, endroit stratégique qui recentre l'attention sur la suite... Eh oui. A ce stade d'écoute, cela ne fait qu'un peu plus d'un quart d'heure que l'album tourne... L'enfer repart de plus belle sur \"Unto Others\" la composition très aboutie (avec son léger break acoustique) menant au riff menaçant de Nausea (\"Nausea, oh sweet nausea\" :D). Ah oui, je ne vous ai pas encore dit l'une des particularités du combo suédois: la voix arrachée et malsaine à souhait de son braillard en chef, je vous prie d'applaudir Sir Tomas Lindberg au chant... Il suffit d'écouter le refrain d'\"Under A Serpent Sun\" pour être convaincu de ses capacités... (Pour les fans, il est le chanteur de l'excellent album \"Crowned In Terror\" du groupe The Crown, autres foufous scandinaves commettant leurs méfaits dans un registre plus thrash death).

Les textes correspondent très bien à l'atmosphère générale de l'album: haine, malaise, voire dépression (\"The flames of the end, inside us rest...\"): des paroles toujours plus sombres et pessimistes(\"World Of Lies\" :\"World of lies/Non-divine/Release me\") qui parsèment l'album pour qui veut bien s'y attarder ...At The Gates s'est toujours démarqué plus ou moins de la scène death métallique suédoise (In Flames et Dark Tranquility surtout): bien qu'officiant dans le même style global, les albums du combo des frères Björler ont toujours recelé un côté malsain inhérent aux mélodies et aux riffs tissés par la paire... (bon, c'est pas du trve BM nan plus, hein!). Néanmoins le death metal n'est cependant pas ici un marteau lourd et puissant qu'on assène tout le long de la galette: la parcimonie des breaks, les passages thrashy, les changements de ton réguliers et la qualité de la production nettement supérieure au reste du groupe le démarquent du niveau ambiant: à l'époque, At The Gates se place parmi les leaders du genre.

A mesure de ces albums et après un Terminal Spirit Disease annonçant déjà presque la couleur, At The Gates s'est montré de plus en plus percutant, de plus en plus efficace, et même de plus en plus intemporel, en fait. Ce dernier effort studio avant leur séparation a d'ailleurs laissé laaaargement sa patte: A l'écoute fine de ce disque, certaines choses paraissent indiscutables... comme l'énorme hold-up de riffs effectué par tous les groupes de metalcore sévissant outre-Atlantique, et pas que outre-Atlantique en fait (Trivium, As I Lay Dying et tous leurs copains). Particularité aussi: album cross-over, à la manière d'un \"Heartwork\" de Carcass... Tour à tour thrash, death, mais avec la touche suédoise en plus...

Locust Star - 8.5/10