La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Bestia Centauri : Teratogenesis

BESTIA CENTAURI - Teratogenesis

Eibon records, 2007

Dark ambient, Usa

Album CD

Le dark ambient n'est pas un style accessible ; il est bien loin de la structure couplet/refrain qui tout extrême que soit les styles structure la plupart. Ce style flirte bien souvent avec l'atmosphérique, l'industriel ou l'expérimental. Et c'est plutôt avec ce dernier genre qu'il faut rapprocher la démarche de Bestia Centauri. Peu accessible en soit, le dark ambient peut atteindre le sublime et créer une aura unique comme susciter un ennui profond de par sa structure monotone et éthérée. Dans ce second cas, de prime abord, on peut parfois songer à un fumisterie artistique voilée toujours pas des concepts élaborés. Et c'est un peu l'impression que j'ai eu au début ou alors après plusieurs écoutes éprouvantes du deuxième album de Bestia Centauri sorti sur Eibon (le label tenu par Mauro de CANAAN, spécialisé en atmosphérique, cold wave, et dark ambient) car les 63mn de Teratogenesis et ses six morceaux ne sont pas d'une écoute anodine mais plutôt méditative. Le concept est en effet particulièrement développé. Le nom du projet désigne en fait le mythe de la bête du centaure qui s'est bâtie autour de ce que l'on appelle aujourd'hui la constellation du Loup, qui se situe à l'est de la constellation Alpha Centauri, car pour les Anciens il s'agirait d'une proie du Centaure (être à buste d'homme et corps de cheval) empalée à sa lance. Depuis sa découverte, cette constellation, cette Bête, a donné lieu à bien des interprétations mystiques en raison de l'énergie acausale qui en émane, notamment Lovecraft qui y puise son chaos rampant. Le groupe fait d'ailleurs dans sa biographie un parallèle avec le surhomme de Nietzsche. En gros, Bestia Centauri s'est donné comme objectif de canaliser ces émanations à la Cthulu car ce serait là un chemin vers le surhumain, et cela en créant la musique la plus inhumaine qui soit par le biais de la musique électronique, car celle-ci est la plus apte à créer de l'énergie acausale en permettant de produire des sonorités étranges et de fréquences, car la race humaine serait principalement composée de simples automates inconscient qui n'ont pour vocation que d'être de simples fournisseurs d'énergie pour le reste du cosmos. Bestia Centauri précise cependant que cette musique qui peut-être bénéfique à qui est dans cette quête d'énergie acausale peut se révéler négative aux autres pouvant aller jusqu'à nuire ou aggraver l'état physique. Je crois que cette précision certes excessive, pour entretenir le mysticisme, est toutefois très explicative, car en effet le dark ambient dans son versant méditatif et expérimentale peut agir sur les nerfs selon notre disposition. La musique de Bestia Centauri est loin d'être accessible, plutôt extrême dans son genre, en produisant des sons à la fois éthérés et dissonants, qui ne sont pas reposant car il s'agit de sons plutôt cosmiques, comme des spirales, engourdissant mais sans nous plonger dans un état de sombre tranquillité, ou dans un état introspectif pour explorer le plus sombre de nous-mêmes, mais dans un état à la fois apathique et nerveux, face à une agression de sons cosmiques chaotiques et engourdissant. Vous l'aurez compris, l'intéret de Tetragenesis ne réside pas dans les émotions car il se veut, et c'est réussi, inhumain, il s'agit bien plus d'un trip expérimental qu'émotionnel, au détriment de l'aura cependant.

Adnauseam - 5/10