La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Beyond The Dust : Khepri

BEYOND THE DUST - Khepri

Dooweet, 2014

Djent Progressif, France

CD

Khepri de Beyond The Dust est un album que j'ai peiné à chroniquer.

Pas de difficulté particulière pour définir leur style ou me faire un avis sur cet album, il était initialement assez tranché. Cependant n'étant pas dans un registre que je maîtrise, je préfère tenter la rédaction d'une chronique objective à l'issu de laquelle je devrais sanctionner d'une note cet album.
Donc commençons par une présentation succincte de ce quatuor francilien : auteur d'un EP autoproduit, il sorte en 2014 un premier album avec l'aide de l'ancien vocaliste de ALIASES chez Dooweet. Annoncé comme un groupe de Metal progressif avec des parties Djent, sur le papier ça avait de quoi plaire.

Malheureusement, mon attente d'un PAIN OF SALVATION musclé n'a pas été comblée. En effet si des passages rappellent le Prog démonstratif de DREAM THEATER avec ces claviers genesisiens ( Silence and Sorrow ), la plupart du temps on est plus dans un registre Djent light: chant clair limite Emo, alternant avec des parties hurlées, parfois grognées (un peu light le chant Death d'ailleurs), passages syncopés et lourds à la MESHUGGAH, le tout transcendé par des parties guitares digne de BETWEEN THE BURIED AND ME (en mode guitare hero, ça ça fait du bien). Le tout évoquerait les débuts de PERIPHERY. Je n'en sais rien, je ne connais pas. Perso j'ai plutôt pensé à STEALING AXION, groupe sympa mais lassant sur la longueur.

Le niveau technique est élevé tout comme l'ambition du groupe, aucune faiblesse instrumentale ou vocale n'est à retenir, si ce n'est qu'à rappeler trop intel ou intel, cela donne un patchwork pas forcément heureux, les interventions meshugaesques ou dreamtheatriennes ne sont pas assez spontanées et manquent de fluidité à mon sens. On en vient même à savourer les trop rares passages plus aériens tranchant agréablement avec les penchants chaotiques du groupe. Signalons le final sous forme de triptyque ( The edge of earth and see part 1 à 3 ), beaucoup plus efficace et agréable à mon oreille.

Amateur de progressif musclé, pas évident que vous accrochiez à cet opus. Fans de Djent, si vous pardonnez les excès plus mélodiques du groupe, vous trouverez peut-être votre compte.
Pour ma part, à l'exception du final, je n'ai pas trouvé vraiment de quoi me ravir, et préfère passer mon chemin sans pour autant pouvoir faire preuve de trop de sévérité...

Alœrw - 5/10