La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Brennkelt : Tumultus Gallicus

BRENNKELT - Tumultus Gallicus

Autoproduction/Epiphora Productions, 2008

Black-death pagan, France

Démo

Brennkelt est un groupe venu de Montargis, au centre de la France. Il n'en est qu'à sa première sortie, et la galette dont nous parlons ici, \"Tumultus Gallicus\", n'est encore qu'une démo. Mais déjà, on sent quelque chose. Un côté rageur et prenant qui amène directement l'auditeur sur les champs de bataille dont il est question dans le CD. Le livret, spartiate, annonce déjà la couleur : les quelques titres de \"Tumultus Gallicus\" correspondent à l'histoire des Sennons, tribu gauloise battue par l'envahisseur romain en 52 avant Jésus-Christ. Sur ce thème, on ne pouvait qu'attendre un black pagan (il existe encore peu de groupes émos appelant à se trancher les veines en invoquant la défaite des gaulois...), et c'est ce que nous joue Brennkelt. Attention, pourtant, car cette petite démo va un peu plus loin que les clichés habituels du genre.

Une intro sobre, calme, nous ramène dans les temps brumeux de la Gaule pré-romaines. Ensuite, on est directement expédié sur le chant de bataille, et on y restera jusqu'au bout. 'A l'attaque', 'Vae Victis', 'L'hymne aux guerriers' ; Brennkelt ne fait pas dans la dentelle et c'est tant mieux ! Des riffs ravageurs, une batterie convenablement pilonnée et bien sûr un chant mi-hurlé mi-grogné peignent le combat mené par les Sennons. Dans 'A l'attaque', on sent la fureur des guerriers barbares attaquant l'envahisseur. 'Vae Victis', juste après, prend déjà une tournure différente : cette locution latine signifie \"malheur aux vaincus\"... Or, ce sont les Sennons qui ont été vaincus, et non les romains. L'atmosphère y est déjà plus tragique, la rage gauloise devient désespérée. On sent l'aspect inéluctable et rageur de la bataille perdue. Pourtant, ce titre est situé en première partie, et non à la fin. Pourquoi ? Simple : même s'ils savent le combat perdu, ou qu'ils le sentent simplement, les Sennons continuent la lutte jusqu'au bout ! 'L'hymne aux guerriers' est un serment de fidélité, pris sur le champ de bataille avant la mort. 'Oppidum' reprend un peu la même idée que 'Vae Victis', à ceci près que la défaite gauloise se matérialise immédiatement, qu'elle n'est plus lointaine... Et dans 'Gaulois', dernier titre de la démo, les Sennons ont été battus. Mais leur esprit est toujours vivant. Et la bataille continue. En esprit, ou contre d'autres ennemis, la bataille ne s'arrête jamais, d'où une dernière piste constituée uniquement de bruits de combats.
Comme beaucoup de démos, \"Tumultus Gallicus\" a un côté un peu brouillon. La production, bien que soignée, n'est pas vraiment léchée. Les grattes sont efficaces, rageuses sans être surestimées, la batterie remplit correctement son office de pilonnage belliqueux. Le chant joue sur un registre tantôt crié, un peu death, tantôt black, avec un petit moment déclamatoire sur 'L'hymne aux guerriers'. Les vocaux black, surtout, sont bons. Sur le mode death (qui constitue l'essentiel du chant, les vocaux black venant surtout faire office de chœur), ils sont parfois un peu répétitifs, voire bourrins, et gagneraient à être mieux travaillés. D'ailleurs, la petite déclamation de 'L'hymne' semble plate par rapport au reste. Malgré ces quelques défauts, et malgré le côté brouillon de la prod, \"Tumultus Gallicus\" transmet parfaitement ses sentiments à l'auditeur. On sent la fureur, la rage, la puissance, la défaite dans chacun des morceaux. Et c'est cela, l'essentiel : transmettre une manière de voir, mettre l'auditeur dans une autre peau en lui faisant ressentir des émotions. Cela, Brennkelt y arrive parfaitement ici. Peut-être même que le côté brouillon (notamment le combo guitare/batterie dont l'accord n'est pas parfait) y participe. Après tout, les hordes gauloises chargeaient avec fougue, contrairement aux légionnaires romains abrutis par la discipline de leur formation... et puis, le côté UG, mal léché, c'est sauvage. Ça a son charme. Quand on écoute du black pagan, c'est pour y trouver des émotions pures, de la sauvagerie, pas de la petite bluette du dimanche !

A écouter en se renseignant sur tout un tas de choses, historiquement variées, toutes liées, ou un soir pour se défoncer la tête en honneur à nos racines gauloises.

Geodaxia - 6.5/10