La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Brokenhead : A Prompt And Utter Destruction

Auto-production, 2017

Thrash / Death Metal, Suisse

EP CD

Bien qu'il partage un de ses membres avec Stortregn, Brokenhead ne laboure pas les terres négatives du black metal mais galope à travers le champ de bataille ensanglanté du thrash. Et du meilleur, du qui fouraille aux quatre vents sans faire de prisonnier. Que cela fait d'ailleurs du bien de se faire ramoner les orifices par une cartouche de l'acabit de ce A Prompt And Utter Destruction, à laquelle on n'en voudra pas trop de n'être qu'un EP tant son cahier des charges est assuré avec une habileté aiguisée. Et puis de toute façon, mieux vaut cinq saillies ultra efficaces qui font saigner les muqueuses qu'un long programme mou de la douille.

Limités par le temps, les Suisses vont donc à l'essentiel, martelant un metal épais et bourru dont la nerveuse érection est dressée grâce à d'imparables influences mélo death. Entre des vocalises charbonneuses et une rythmique de mammouth énervé, les guitares nourries au heavy metal se faufilent sans vaseline, enrichissant ces compos d'une énergie furieuse, à l'image d'un Buy The Lie aussi acéré que robuste. Classiques dans la forme mais protégées par un fuselage qui claque, celles-ci n'oublient pas de noircir un fond au goût de cendres et de sang. A Prompt And Utter Destruction a quelque chose d'un rouleau-compresseur lancé à vive allure que rien ne peut stopper, témoin ce Night Belongs To Us dont le tempo plombé est secoué d'accélérations virtuoses.

Toute la force de Brokenhead réside d'ailleurs dans cette façon d'injecter à son thrash une bonne dose de mélodie qui, loin d'en limer les griffes, le rend plus tranchant encore. Plus irrésistible aussi. Endless Terror ou Greed sont faits de ce même bois qui prend feu, creusant dans leur sillage et dans la peau des tranchées dans les profondeurs desquelles bouillonne une semence abrasive.

S'il passe (forcément) trop vite, cet effort est la carte de visite prometteuse d'un groupe dont on devine que le potentiel explosif n'en est qu'à ses balbutiements. La suite devrait en toute logique faire très mal. Du tout bon.

Childeric Thor - 7.5/10