La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Bunker 84 : Death March

L'Infanterie Sauvage / Bunker 84 - Death March

Insurrection dans l'Hexagone Records, 2017

Oi!, France

Split EP

Jusqu'à présent les rééditions de L'Infanterie Sauvage étaient pour le moins insipides voire intéressées. Je vise en particulier les deux compilations proposées par le label Une Vie Pour Rien, à l'intérêt tout relatif. A force de vouloir réviser les faits sous un angle politiquement correct, on dénature l'histoire. Pour le coup, ce Death March repositionne le curseur là où il devrait être : à droite toute !

Tant Bunker 84 que L'Infanterie Sauvage sont deux groupes incontournables de la scène Oï ! française des annnées 80. Chaque groupe propose un morceau totalement inédit et chacun des deux morceaux, dans un registre différent, s'avère être canon et absolument essentiel pour tout skin qui se respecte. Issu d'une démo enregistrée en répétition, le Trop bourré pour niquer de Bunker 84 est un morceau dans la plus pure tradition Chaos productions, à la Komintern Sect : chanson hymne avec un refrain bien provoc, bien gaulois quoi. Et à mon sens, c'est carrément le meilleur morceau de Bunker 84, tous disques confondus.

Sur l'autre face, on trouve l'un des rares morceaux " honteux / interdits " de L'Infanterie Sauvage. Le son est nettement meilleur que pour Bunker, meilleur aussi que les pauvres versions qui traînent sur Youtube. J'irai revoir ma Normandie est un vrai bon morceau et fait partie du best of de la Oï! Française. " Toute ma vie, je défendrai les milices anti-rouges, les couleurs du lys français… " Eh, eh le blanc, le bleu et le rouge, t'as raison Géno. Je crois qu'à l'époque sa mère qui était prof en banlieue parisienne s'était bien foutu de sa gueule. Ce morceau RAC tendance light annonçait la radicalisation de Géno quelques mois plus tard au sein de Colditz et surtout Totenkopf. A juste titre, l'insert fait la part belle au chanteur et remet à leur place, celle de figurants, les autres musiciens de L'Infanterie Sauvage. Ce split EP est un véritable bijou qui a été décliné en 6 éditions limitées à 40 - 50 exemplaires chacune et 3 couleurs de vinyles (vert, violet, noir). Les 6 pochettes ont toutes été dessinées et représentent des scènes de guerre plus ou moins crues. L'armée russe n'y est pas présentée sous son meilleur jour. Bah, c'est un disque de RAC et à l'instar de la photo commune représentant Géno et Ian Stuart de Skrewdriver, cela ne fait pas semblant ! En tous les cas, il fallait oser.

Si aujourd'hui L'Infanterie Sauvage n'existe plus que dans nos mémoires, il n'en est rien du Bunker 84 de Laurent qui se produit de temps à autre dans des concerts semi-clandestins comme celui d'avril dernier à Toulouse. En tous les cas, ne passez pas à côté de cette pépite, vous en trouverez probablement sur eBay ou en Allemagne.

Attila - 8/10