La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Celtic Frost : To Mega Therion

CELTIC FROST - To Mega Therion

Noise records, 1985

Black/Thrash avant-gardiste culte, Suisse

Album CD

Voilà donc le premier album du groupe Celtic Frost, groupe de thrash metal qui inspira parmi tant d'autres le black metal actuel. Ce groupe fondé en 1984 par Thomas Gabriel Warrior, grande figure de la scène black/thrash, produit deux EP avant de sortir ce premier album, dans l'ordre les EP furent Morbid Tales et Emperor's return . Le groupe a été fondé après la rupture du groupe HELLHAMMER, dont le leader était également Thomas G. Warrior, et qui incorporait aussi leur bassiste Martin Eric Ain. Les jeunes rockers qu'ils étaient avaient pris, à l'instar de VENOM, des surnoms diaboliques, aussi Thomas se faisait appellé \"Satanic Slaughter\" et Martin \"Slayed Necro\".
To Mega Therion était en fait le projet du premier album de HELLHAMMER, malheureusement le groupe splitta avant la concrétisation d'un tel projet. Cependant, Thomas Warrior n'avait pas envie de trouver un nouveau nom pour son album, mais changea tout de même les noms des morceaux.
Cet album que beaucoup estime être le meilleur du groupe, est également celui qui arbore la plus belle pochette. Cette dernière est une peinture de H.R. GIGER appellé Satan 1 et illustre un démon se servant du Christ comme d'un lance-pierre. Le mot \"Therion\" est d'origine grecque et signifie \"bête sauvage\".

Après une courte intro assez orchestrale, la machine se lance, avec un morceau appellé \"The usurper\", et qui impose un style qui ne changera pas d'un poil sur tout l'album. Un thrash metal tout ce qu'il y a de plus cru, de plus lourd et de plus gras pour l'époque, les riffs sont tellement crus et omniprésents que ça devient presque difficile de se farcir les 40 minutes de l'album. Je fis pourtant cet effort à trois reprises pour vous décrire cet album. Au niveau musical, pas la trace d'un synthétiseur, le tout est artisanal, mais en contre-partie très technique. Les morceaux s'enchainent lentement, les textes sont très travaillés, pas spécialement satanistes mais fort tournés démons et incantations douteuses. La combinaison guitare/basse se veut peu mélodique, mais fais preuve d'une technicité exemplaire, pas une fausse note ne vient entacher les longues sérénades, le chant de Warrior est lourd et linéaire, peu de changement d'intonation, et je pense que c'est ce qu'on peut le plus reprocher au groupe. Pour le reste, il me sera difficile de vous faire un plan détailé de chaque morceau, tant ceux-ci se ressemblent et se valent. On parcourt l'album sans surprises, sauf sur le dernier morceau intiulé \"Necromantical Screams\", où intervient (ô bonheur!) une voix féminine, interpretée par Claudia-Maria Mokrine (moi non plus je connais pas...), qui apparamment avait déjà fait des apparitions sur les morceaux 2 et 6, mais ça ne m'a pas marqué je l'avoue. Ce dernier morceau possède un rythme assez envoutant, et apporte enfin un courant d'air frais à la linéarité du groupe.

Un album en somme culte pour ses arrangements techniques et splendidement travaillés, ses textes recherchés, à mille lieues d'un simple \"gloire à Satan\" pourtant tellement prévisible, pour sa très belle pochette, par ailleurs présentée comme pochette culte par le magazine Rock Hard (N°57). L'album souffre malheureusement d'une linéarité incessante qui se fait trop sentir, un synthétiseur aurait été le bienvenu. Si cet album vous plaît, les autres n'ont rien de mauvais, à part Cold Lake en 1988 où le groupe vira vers un Glam metal douteux...

Jolly Jumper