La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Cemetery Fog : Towards the Gates

CEMETERY FOG - Towards the Gates

Iron Bonehead Productions, 2014

Death / Doom, Finlande

12''

Certes, Cemetery Fog n'invente rien, ruminant un death doom primitif comme on en forgeait dans les années 90, cette caverneuse touche finlandaise en sus, alignant les clichés horrifiques comme des pinces sur un fil mais force est d'admettre que dans ce registre old school et baveux à souhait, la jeune formation - elle n'a vu la nuit qu'en 2012 - fait déjà preuve d'une maîtrise honorable. Iron Bonehead ne s'y est pas trompé, rééditant il y a peu sa troisième démo, Shadows From The Cemetery .

Towards The Gates est la première production que les Finlandais gravent pour le label. EP dégueulant quand même presque une demi-heure de musique, cette galette semble être un fossile exhumé récemment, relique oubliée d'un autre âge. L'écouter revient à basculer dans le temps. Tout y est, de la prise de son rudimentaire à cette voix d'outre-tombe, du tempo englué dans les viscères à ces guitares crouteuses comme échappées d'un vieux MY DYING BRIDE.

Appliqué dans sa régurgitation d'un style aux traits immuables, Cemetery Fog s'emploie cependant à lui injecter sa patte, modeste personnalité qui s'exprime à travers des claviers brumeux et quelques parcimonieux choeurs féminins (\"Shadow Of Her Tomb\"). Borné par deux pistes instrumentales en guise d'intro et d'outro, la première intéressante car animée par des notes de piano funéraires, la seconde plus anecdotique, Towards The Gates livre trois longues pistes qui prennent leur temps pour installer des ambiances de caveaux humides, de cimetières inquiétants où se tiennent des cultes impies.

Break atmosphérique cisaillant \"Embrace Of The Darkness\", accélération fiévreuse ou riffs entêtants qui laminent la peau à la manière d'un scalpel rouillé sur \"Withered Dreams Of Death\", assurément le meilleur titre du lot, émaillent cette offrande que d'aucuns, jamais contents, jugeront sans doute opportunistes, car misant sur un revival old school. Pas faux peut-être et entendu mille fois auparavant mais Cemetery Fog possède pourtant ce petit quelque chose d'indéfinissable, cette façon de raviver un feeling sinistre, ce charme obscur et cryptique, qui le place au-dessus du tout venant du death doom cendreux et primaire. Ce n'est déjà pas si mal...

Childeric THor - 7/10