La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Chaostar : The scarlet queen

CHAOSTAR - The scarlet queen

Holy records, 2004

Dark orchestral atmosphérique, Grèce

Album CD

Il s'agit là du troisième album du projet de Chris Antoniou qui officiait également dans les défunts Septic Flesh . Pourtant il n'y a pas ici grand chose à voir avec Septic Flesh si ce n'est la présence guest de membres de Septic Flesh sur les deux premiers cd, et surtout la présence à part entière sur les précédents albums de Natalie Rassoulis au chant, également chanteuse guest dans Septic Flesh. Il ne s'agit pourtant ici nullement de metal, et aucune comparaison avec Septic Flesh n'est envisageable si ce n'est que les premiers travaux entrepris par Chris Antoniou dans ce registre ont été les morceaux faisant partie de la \"Trilogy of the underworld\" qui devraient être édités prochainement sur un seul cd et sous le nom de Chaostar. La musique proposée ne contient aucun élément métal pourtant on y retrouve des passages puissants et une atmosphère épique, accentués par la présence d'un chœur puissant avec des réminiscences à la Carl Orff par moment, avec parfois aussi des passages plus ethniques mais intégrés intelligemment, d'autres plus orchestraux, le tout conduit par une voix féminine de grande classe avec parfois quelques effets vocaux à la Lisa Gerrard, celle de Sapfo, qui succède ainsi à Natalie Rassoulis, aidée par deux autres chanteuses au timbre assez typé. Ce qui est proposé est une musique très typée musique de film ou musique classique avec l'alternance typique de passages forts et de passage de musique de fond, en fait de variations de volume, dans une démarche assez similaire quant au fond à l'excellent \"The Umbersun\" de Elend de par la complexité des compositions et le côté orchestral et épique ainsi que par le fait que ce ne soit pas un album facile d'accès puisque ce ne sont pas de simples chansons, mais une succession de passages \"suspendus\" et de passages effrénés, tout en différant quant à la forme. La comparaison est d'autant plus évidente avec la musique de film (plutôt de type fantastique) que l'album est basé sur une histoire de vampires, concept certes classique dans les mouvances dark, mais ici écrite par Magus Vampyr Daoloth de Necromantia donc pas d'un niveau de bas étage, délaissant ainsi la thématique plutôt science-fiction des premiers albums. Dans tous les cas, en ce qui concerne la musique, aucun doute ne peut subsister quant à l'originalité de son contenu. Il s'agit pour cet album d'une musique ambiante sombre et orchestrale qui se passe de la structure couplet-refrain habituelle pour mettre l'accent sur le côté épique de l'histoire et plaquer la trame musicale sur la trame narrative. Il ne s'agit nullement de compositions atmosphériques, symphoniques ou ambiantes, maintes et maintes fois entendues. L'ensemble de la musique est d'ailleurs faite à l'aide d'un orchestre intégrant des instruments parfois originaux et atypiques et de machines. Il s'agit donc d'un très bon album où l'on ressent la complexité de la composition et où on perçoit surtout le génie à l'œuvre.

Adnauseam - 10/10