La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Cloak Of Altering : PLAGUE BEAST

Cloak Of Altering - PLAGUE BEAST

CRUCIAL BLAST, 2014

Black avant-gardiste, Pays-Bas

Disque

Cloak Of Altering sort son troisième album, un album rudement efficace qui pourrait bien le propulser à un nouveau stade de popularité. L'homme s'est bien approprié le mixage entre métal et l'électro ; et a même fait un petit en avant, pour le groupe mais surtout pour la musique.

L'introduction de sonorité électroniques dans le métal a commencé avec le métal industriel principalement, mais depuis peu une nouvelle ère c'est créée : celle du mélange métal/dubstep. KORN qui est un des groupes qui a popularisé la pratique avec THE PATH OF TOTALITY, a retourné bien des cerveaux et nombre de fans sont partis. Depuis c'est très largement utilisé et apprécié par le public. Ici il n'est absolument pas question de dubstep, non, mais de l'utilisation massive de distorsions. BURZUM, entre autre nous avait déjà fait la démo de cette technique sur du black à sa manière. Ici le black est différent, car moins froid et au son beaucoup plus travaillé électroniquement.
L'électronique permet de créer des atmosphères particulières à l'image du début de Translucent Body Deformities. Une atmosphère électrique qui grince et qui pique les oreilles. Les sonorités ressemblent à celle de THE AXIOM OF POST INHUMANITY, projet entre BRUTAL TROUGHT et BRUTAL NOISE, qui est complétement fait de distorsions et vous inonde dans un monde métallique où tout grince et vous Lasserre les oreilles.
Dans PLAGUE BEAST on ressent tout de même la présence des instruments sous la distorsion, ce qui permet de ne pas ensevelir complétement l'humain dans la démarche musicale. D'ailleurs l'humain qui chante avec sa voix robotisée nous crache toute la rage qu'il a en lui. Ce brouhaha superbement bien maitrisé, s'impose et nous cloue au fauteuil durant quarante minutes.

Le dernier morceau Altering Forever nous donne envie de recommencer l'expérience, de réécouter en boucle le CD. Il est le condensé du savoir-faire acquis par le groupe, et est un excellent résumé de l'album complet.
La comparaison à BURZUM ne s'arrête pas là, l'homme est seul, à la voix et aux instruments. L'un est le père du Black Métal, le second a apporté de nouvelles sonorités à ce genre sans limites. Si le résultat de PLAGUE BEAST est moins froid que le black habituel il n'en est pas moins oppressent et malfaisant. Les sensations apportées sont nouvelles, elles ouvrent les portes pour accéder à un nouveau monde maléfique et certainement pas plus tendre que ceux qui existent déjà.

Mories, de son doux nom est peut-être le nouveau Varg Vikernes.

Leo

LEO - 7/10