La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Deadly Carnage : Manthe

DEADLY CARNAGE - Manthe

ATMF, 2014

Black Doom, Italie

CD

Au départ, Deadly Carnage n'était qu'un escadron de plus perdu à l'intérieur de la chapelle suicidaire italienne que la présence de mercenaires ayant la douleur chevillée au corps, de (l'ancien) batteur de NOSTALGIE au chanteur Marcello, ex ..., distinguait toutefois du tout venant du Black Metal aux confins du Doom. En 2011, Sentiero II - Ceneri dévoilait pourtant une formation plus intéressante qu'il n'y parait car prenant soin de s'affranchir des principaux codes du genre tout en l'aérant d'autres influences qui loin d'en désamorcer la noirceur contribuait au contraire à l'enrichir.

L'envie était donc grande, de pouvoir découvrir cette troisième offrande. Celle-ci ne fait pas que confirmer le potentiel de ses géniteurs, elle creuse encore davantage une identité unique, à la fois plus abyssale et nuancée. De fait, plus encore que ses deux aînés, Manthe gravite quelque part aux frontières l'inconnu. S'il peut parfois s'enfoncer dans un abîme de lourdeur, comme l'illustre \"Beneath Forsaken Skies\", secoué de riffs massifs et terreux charriant une violence sourde, l'album se pare aussi d'un écrin plus léger même si demeure toujours ce socle, pesant et granuleux, témoin \"il Ciclo della Forgia\", respiration superbe que propulsent d'entêtants roulements de toms tandis que les guitares, belles comme un chat qui dort, tissent une toile dont chaque fil suinte une note de désespoir infini. Le chant en Italien participe aussi d'une espèce de poésie d'un triste romantisme.

L'opus se révèle plus anguleux encore que Sentiero II , jouant sur les clair obscur, pulsation funéraire d'une richesse sournoise en cela qu'elle se terre dans les ténèbres d'une intimité dont il faut perforer l'hymen avant de pouvoir la goûter. Le long \"Drowned Hope\" prend ainsi les allures de lents préliminaires qui peu à peu se durcissent, débouchant sur un final gonflé d'un venin noir comme l'encre. Avec sa dimension percussive, \"Dome Of The Warders\" parait plus atmosphérique, manière de leçon dans sa façon de transcender le Black Metal pollué de kystes shoegaze. Car ses accents plus intimistes que soulignent dans sa dernière partie des jolies lignes de flute, ne réussissent jamais à en diluer la profonde mélancolie.

De même Deadly Carnage n'oublie pas d'où il vient, ne laissant ses racines extrêmes se recouvrir de sédiments plus légers. Des titres tels que \"Carved In Dust\" qui progresse avec une inexorabilité infernale vers une issue que l'on devine funeste ou bien encore le court \"Electric Flood\", sans doute le plus rapide du lot avec ses modelés tranchants, confirment cet incontestable ancrage dans l'art noir. Habitués aux canevas tendus comme une verge, les Italiens n'hésitent cependant à s'aventurer en fin de parcours sur un terrain plus sinueux. Du haut de ses 14 minutes au garrot, le morceau éponyme est étonnant et jamais ennuyeux, vaste peinture qui s'ouvre tel un retable, tour à tour jazzy, d'une beauté poignante mais aussi d'une douleur brutale. Le groupe y affirme un talent d'écriture immense.

Manthe est à son image, oeuvre d'une puissance ombrageuse et émotionnelle macérant autant dans les méandres du black que dans les caveaux du doom le plus mortuaire.

Childeric Thor - 8.5/10