La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

DEATH KARMA : The History of Death & Burial Rituals Part I

DEATH KARMA - The History of Death & Burial Rituals Part I

Iron Bonehead Productions, 2015

Dark Metal, République Tchèque

CD

La rédaction de cette chronique c'est faite dans la douleur.
Pas que l'écoute de cet opus ait présenté un inconfort quelconque, bien au contraire : j'ai reçu le lien pour cet album en fin d'année 2014, l'ai écouté à plusieurs reprises, me suis procuré les albums du groupe principal de ces messieurs, à savoir CULT OF FIRE, ai commandé le support physique de cet opus afin de m'abreuver des détails du livret, magnifique soit dit en passant, avec des peintures morbides rappelant DEATHSPELL OMEGA. Cependant, rien n'y fit, je faisais un blocage sur cet opus paradoxal, à la fois avant-gardiste et très traditionnel dans son riffing (le morceau Mexico et son break qui rappelle l'éponyme de Black Sabb'). Comparé ce groupe à un autre me semble assez difficile, tant le brassage ait étendu. On peut penser au projet principal de ces messieurs CULT OF FIRE, en moins occulte, mais pas moins mystique. Des passages atmosphériques évoquent la scène BM slave (russe/ukrainienne). Cependant, si l'on excepte les claviers omniprésents souvent placés en arrière-plan qui pose des atmosphères ou apportent un petit coté folklo bien sympa, les parties de guitare évoquent plus le Black Thrash voire par moment même le Heavy...
... En écrivant ces mots, un nom me vient à l'esprit, celui d'un projet éphémère d'un surdoué de l'extrême: DIABOLICAL MASQUERADE. Ce mélange improbable de passages anachroniques surnaturels et de riffs qu'on croirait sortis d'un opus de Celtic Frost, c'est bien sûr. Attention le groupe conserve sa personnalité propre, le chant est beaucoup plus rauque et rugueux que celui de Blackheim, dans l'esprit d'un MASTER'S HAMMER, mais il partage cette désinhibition qui manque trop à la musique qui est la nôtre. Maintenant que le cadre est posé, que dire de ce disque ?
Outre son concept sur la faucheuse, articulé en 6 mouvements, six point de vu sur la Mort telle qu'Elle est perçue dans différentes région du monde, son artwork magnifique, sa prod rugueuse mais clair... bhen je sèche à nouveau. Les morceaux prennent leur temps pour développer leur propos, subissant suffisamment de variation pour éviter l'ennui. Cet opus est à l'image de la Mort, fatal mais multiforme, dément mais parfaitement cohérent, hermétique mais au combien addictif.
Fan d'originalité mais pas du n'importe quoi, de riffs morbides et d'atmosphères de cimetières, penchez vous vite sur cette révélation de 2015. Et vivement la Part II...

Alœrw - 7,5/10