DEEP VEIN : split

DEEP VEIN - split

Autoproduction, 2004

Death metal, France

tape

Voici un split d'un cru UG le plus pur, sous format cassette (le CD en tant que format étant dénoncé vigoureusement dans la cover : hé hé !) avec un artwork N&B réduit à sa plus simple expression, le but étant de diffuser ces groupes plutôt que de faire de l'argent dessus. Objectif à louanger, bien sur... sauf quand l'auteur du projet Gabsk prend un malin plaisir à dénigrer une partie de la scène UG, en dégueulant à pleine gorge sur notre BM favori sur des forums metal ; et là, la Horde dit " stop " : il faut savoir ce que l'on veut : ou l'on soutient l'UG ou on le dégomme, rejoignant ainsi cette pléthore de petits juges aigris pourtant incapables de faire mieux, dressant les divers courants du métal extrême les uns contre les autres, de manière suicidaire, puisque l'extrême est déjà minoritaire et honnis en France. Par exemple, arguer que le BM est cliché, toujours mal joué avec un son pourri, c'est jeter l'opprobre sur un style qui se vit plus qu'il ne se vend, et surtout, oublier les wagons de groupes puceaux porno-grind et death-gore minables qui pullulent dans la scène death UG... Il y a du bon partout, et La Horde se fait un honneur de le reconnaître.
Cette mise au point enfin faite, il convient de dire que la musique des groupes présentés par ce modeste split est tout à fait intéressante : Deep Vein, tout d'abord, qui n'est pas un inconnu pour La Horde Noire (voir interview) : 3 titres d'un death est puissant, accrocheur et assez technique. Bloody Sign, avec seulement 2 titres, se montre beaucoup plus compact et bourrin, mais aussi efficace. Bref, les deux premiers groupes s'en sortent plutôt bien et montrent, une fois de plus, s'il est besoin, que la scène DM française est très active, regorgeant de talents encore insoupçonnés ; la veine death US, puissante et technique à la Morbid angel, Suffocation et autres Cannibal Corpse semble inspirer grandement nos groupes hexagonaux Enfin, Oppression détonne quelque peu avec le reste, offrant des voix claires à la SOD / Anthrax : ça sonne " mosh " mais en plus gros : efficace, frais, mais désopilant ! De bons débuts, donc, pour ces groupes français ! A réécouter sur des Ĺ“uvres plus complètes.

Autocrator - 6.5/10