La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

DEMON LUNG : Pareidolia

DEMON LUNG - Pareidolia

Auto production, 2012

Doom Metal, USA

CD

Décidément, les femmes ont pris le pouvoir dans le Doom, souvent le meilleur (JEX THOTH, CASTLE), plus rarement pour le pire il est vrai. Qui s'en plaindra ? Certainement pas les fidèles ayant du poil au menton et les bourses pleines pour lesquels une paire de seins est toujours bien venue. Une question toutefois : où s'arrête la sincérité et où commence l'effet de mode ?

Venant juste de sortir de la terre du Nevada, DEMON LUNG fait partie de ces rejetons du dernier rang pour qui cette question n'est pas anodine. Qu'importe en fait, pourvu qu'on ait l'ivresse. Et celle-ci, on l'a avec Pareidolia , premier (petit) signe de vie déjà solide. Vingt minutes c'est à la fois peu et suffisant pour relever les qualités certaines de ce jeune quatuor, à commencer par ces riffs aux allures de bunker imprenable ("Death Mask").

Nana derrière le micro oblige, c'est tout naturellement vers Shandra Fredrick que l'attention se dirige ensuite. Sans (mauvaise) surprise, la jeune femme ondule dans le sillage monolitique des grandes prêtresses assurant les cérémonies d'obédience sabbathienne. Elle coule sa semence sentencieuse dans un subtrat ultra pesant aux sédiments heavy ("Lament Code"). Dommage néanmoins que DEMON LUNG n'échappe pas aux clichés d'occultisme bon teint aussi factice qu'inutile quand bien même cela fait partie intégrante de ce Doom seventies qui a le vent en poupe depuis le succès de THE DEVIL'S BLOOD. Dommage enfin que les quatre titres en présence peinent à se distinguer les uns des autres. Les lignes vocales volontairement uniformes et les guitares toujours en mode tellurique n'aident pas Pareidolia a éviter (déjà) à une forme de redondance par ailleurs revendiquée par le style.

Sympathique le temps d'un EP, la musique façonnée par DEMON LUNG teindra t-elle la durée d'un album ? L'avenir nous le dira. Ce galop d'essai est donc à prendre pour ce qu'il est, une honnête carte de visite d'une formation encore en gestation et non pas comme un label pourrait être tenté de le vendre, c'est-à-dire la nouvelle sensation du Doom Metal occulte à chant féminin, ce qu'il n'est pas encore et qu'il ne sera peut-être jamais !

Childéric Thor - 7/10