DEVILS WHOREHOUSE : Revelation unorthodox

DEVILS WHOREHOUSE - Revelation unorthodox

Blooddawn / Regain, 2005

Metal extrême/ Horror punk extrême, Suède

Album CD

Devils Whorehouse est un nouveau projet comportant en ses rangs Morgan et War B de MARDUK . Et ce nouveau groupe se veut un hommage au légendaire groupes de Horror Punk qu'était les MISFITS et d'une façon plus générale à la Glenn DANZIG , chanteur de cette formation de référence pour beaucoup, et à tous ses groupes: SAMHAIN mais aussi évidemment son projet solo toujours actif DANZIG . Depuis que les MISFITS ont proposé leur premiers méfaits, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts, METALLICA leur avait déjà rendu hommage à la vieille époque avec "Last caress/ Green hell" sur "Garage days revisited" en 1987, et depuis ce groupe de Horror Punk s'est séparé, beaucoup de choses se sont passées dans les musiques extrêmes. Entre temps, il y a eu le black metal notamment avec des groupes comme MARDUK. Il faut dire que cet hommage aux MISFITS et à DANZIG est tout de même quelque chose de plus dur; on y retrouve bien le son tranchant, froid, saturé du black metal et même si ce n'est pas un album de black metal, on retrouve bien quelques accélérations ou sonorités black metal comme au début de l'album et d'une façon générale même si le rythme est différent dans un son plus extrême. Ce n'est pas ici du crust (rencontre metal extrême et punk) qui est proposé mais une rencontre entre le black mardukien ("chassez le naturel, il revient au galop"...) et le punk horror des Misfits, ce qui fait que DEVILS WHOREHOUSE n'est pas qu'un simple groupe hommage. Ne perdons pas de vue que l'hommage est à toute la carrière de l'étrange Glenn Danzig ainsi "Bondage goddess" rappelle le "Dirty black summer" sur DANZIG III "How the god's kill" donc plus lent. Si le style des MISFITS est plus horror punk, le style de Danzig dans son projet solo est je trouve plus compliqué à définir, une sorte de heavy occulte avec imagerie satanique, certains dirait gothique aujourd'hui, en tout cas mystérieuse et sombre à sa manière, et parfois aussi un groove occulte, bluesy peut-être parfois ou rock n'roll sombre, aussi énigmatique que l'apparence de ce Glenn au style qui sort du lot. Par-contre, ce qui est incroyable, c'est que Zweeda possède la même voix, pourtant unique, de Glenn Danzig, simplement sur une musique plus dure. C'est bien la première fois que je vois un groupe avec la voix à la Danzig, qui nous rappelle que DANZIG est un groupe unique et atypique de la scène metal. Cet album de 36 minutes est fort appréciable déjà pour la rareté d'un tel hommage (mérité) à Danzig puis par la façon de le rendre, c'est-à-dire en reprenant des éléments typiques de Danzig comme sa voix, ici accompagnée par une musique incontestablement plus moderne et plus extrême dans le fond. On retrouve un petit côté kitsh et cliché dans l'imagerie: vampires, sexy dominatrice, ou dans les titres "Bondage goddess", "Erotikill" (des collages de mots comme aime à les faire Danzig), "Blood nymphomane" un peu comme si c'était une sorte de rock n'roll à la devise: "sex, horror and rn'r"?!? La deuxième surprise de cet album hommage est la reprise incroyable, car franchement je n'aurais pas cru que les gars de MARDUK aient cela parmi leurs références, de l'excellent morceau culte "Deathwish" du CHRISTIAN DEATH de l'époque gothic deathrock (issu du post punk) sur l'album "Deathwish" (1982) (prédécesseur de "Only theatre of pain", donc la période très romantisme noir), et surtout avec la voix de Danzig sur la musique de Christian Death?!? Au final un album fort sympathique, hommage certes mais comme je l'ai dit Devils Whorehouse est plus qu'un simple hommage puisque le groupe a une identité.

Adnauseam - 8/10