La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

DISSIMULATION : Atiduokit Mirusius

DISSIMULATION - Atiduokit Mirusius

Ledo Takas, 2008

Black/thrash, Lituanie

CD

Ça commence en fanfare avec une zique de cirque, on se demande où on est, et pis l'autre vient te gueuler dans les oreilles secondés par une rythmique ultra couillue. Bon ça va, on s'est pas planté de skeud. Ce qui est amusant c'est que les premiers riffs vont irrésistiblement penser à ces enculés de LOITS, riff semi tragiques avec un chant lituanien dont les consonances ne manquent pas d'écorcher, à mon grand plaisir, mes petites oreilles. La comparaison s'arrête là, car après c'est du gros black/thrash velu qui remporte la mise. Pas de ce black thrash moisi dont les norvégiens nous gavent les couilles ultra pourri et coupé au pseudo rock'n'roll ou au punk à deux balles. Les riffs sont gros, carrés, puissants aidés en cela par la production ultra puissante. Comme quoi, un gros son ça fait quand même un plus non négligeable (mais ça ne masquera jamais la faiblesse de composition de beaucoup de groupes...). Ça bouge bien et les mecs atteignent le point parfait de fusion entre le black et le thrash, car on peut difficilement dire qu'à tel moment ça sonne black et à un autre moment qu'on a du thrash. Belle osmose donc qui a pour résultat un album qui s'enfile comme une vodka qu'on sort du freezer, ça passe nickel mais ça fait méchamment mal à la tronche au bout de quelques instants. Les titres de 4 minutes paraissent beaucoup plus compacts et on a à peine le temps de se demander où on en est que c'est fini. Par contre par moment les riffs tournent trop longtemps sans variation, c'est sympa quand les riffs tuent, mais quand ils sont juste bons, on se demande s'il n'y a pas un bug dans le cd. L'album n'a pas de temps mort, ce qui est un bon point, et illuminera toutes vos soirées dégustation d'alcools frelatés. Le titre 4 propose un feeling légèrement plus épique fortement bienvenu, bouffée d'air frais dans ce bloc (communiste?) black/thrash. J'étais resté sur Maras qui m'avait pas emballé les nougats, mais là, le groupe a mieux affirmé sa personnalité. C'est pas encore l'album du siècle, mais les progrès sont patents, y'a plus qu'à attendre la suite.

Dr J. - 7/10