La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Douce Morphine : Des mots

DOUCE MORPHINE - Des mots

Autoproduction, 2006

Gothic metal original, France

Mini-CD

Douce Morphine, voilà un patronyme qui sonne bien et qui interpelle telle une déclamation: \"Oh douce morphine!\"; la morphine, cette substance qui rend insensible à la souffrance, qui apaise en anesthésiant les forces vitales mais qui par le mal qu'elle retire semble être si douce, adoucissante, sans être une drogue qui créer des illusions, elle retire juste la souffrance, mais là c'est de morphine spirituelle qu'il s'agit. Douce Morphine se définit d'ailleurs depuis ses débuts comme du spleen métal, un metal distillant ainsi le mal être, que l'on pourra situer dans le champ du gothic metal. Il s'agit avec \"Des mots\" du troisième enregistrement de Douce Morphine, après \"Spleen\" en 2004, puis du \"Mal de vivre\" leur premier véritable album autoproduit en 2004. Ce nouveau mini-cd de près de 26 minutes propose 6 titres qui mise à part \"Nocturnes\" qui figurera sur le prochain album \"cicatrices\", ne sont pas de nouveaux morceaux mais des nouvelles versions de morceaux de \"Du mal de vivre\", un mini-cd intermédiaire puisque le groupe initialement duo est désormais un quator. C'est un bon moyen donc de découvrir le groupe par un passé revisité qui préfigure son avenir. On comprend avec de telles appellations, que la démarche de Douce Morphine se veut avant tout esthétique, on n'a pas droit à une musique glauque ou suicidaire, mais plutôt à une musique qui se veut raffinée, poétique. Les textes en français sont d'ailleurs dans un langage châtié, assez poétique, présenté sous forme un peu de dialogue, ou plutôt comme un conte, avec une voix féminine sur un air de comptine, quelque par entre la douceur de la voix de Liv Kristine dans THEATRE OF TRAGEDY et un peu le style de COLLECTION D'ARNELL ANDREA, qui semble narrer une histoire sur un ton à la fois amusant et féérique, comme une mise en scène esthétique, entrecoupés par les narrations masculines, parfois déclamatoires et habiles qui sont le point fort de cet enregistrement, mais par-contre la tâche esthétique se serait les vocalises masculines lorsqu' elles oeuvrent dans un registre plus death. La musique est très metal avant tout, plutôt mid-tempo, on ne se situe pas du tout dans le doom, c'est ici une mélancolie plus féérique, une sorte de gothic metal heavenly mais pas atmosphérique dans le sens où on n'a pas de plages atmosphériques, on ne plonge jamais dans l'atmosphérique ou l'heavenly, non l'ensemble est metal (beaucoup de riffs) sur le long des 26 minutes, avec guitares en avant et toujours du synthé qui accompagne, souvent des sons d'orgue, qui hasard des choses probablement, rappellent l'orgue du premier SOPOR AETURNUS (\"Ich tote mich...\"), l'ensemble est plutôt mid-tempo, pas lancinant, plutôt posé, mais je ne sais pas pourquoi, alors que rien ne s'y trouve, je songe à penser à COLLECTION D'ARNELL ANDREA????? En tout cas,il s'agit là d'un groupe qui plaira aux amateurs de gothic metal, mais l'originalité du groupe fait, qu'au premier abord, leur musique n'est pas forcément évidente à pénétrer, avec ce coté féérique Prikosnovénie sur une musique metal certes posée.

Adnauseam - 7/10