La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

DROWNING THE LIGHT : Path of the Lunar Eclipse

EMPIRE OF THARAPHITA - Path of the Lunar Eclipse

Obscure Abhorrence Productions, 2009

Black Metal, Australie

LP

Voici un split bien underground comme je les aime. Sur un support vinyle en plus ! On débute par le one-man-band finlandais d'EMPIRE OF THARAPHITA créé en 2007 dirigé par le solitaire Stormheit Mir-Susne-Xum . 4 titres d'un Black Metal reposant surtout sur les atmosphères, nous sont proposés. Riffs guitares ensorcelants et aigus couplés à de discrètes nappes de clavier assez funèbres. Les parties batterie tiennent la route sans être exceptionnelles pour autant. A ce propos, je pense que le musicien derrière ce projet, est plus guitariste à la base que batteur... Au niveau chant, il alterne entre voix claire déclamée façon totalitaire, et hurlements typiquement finlandais (je pense à SATANIC WARMASTER, VITSAUS & co notamment). D'ailleurs, les parties discours/parlées sont un peu superflues à mon sens. Enfin, ce n'est qu'un détail car c'est franchement une bonne découverte ! Le son est assez ‘raw' mais correspond parfaitement au style pratiqué, et reste largement audible. Le mec maitrise son sujet ! A suivre...
On passe aux australiens de DROWNING THE LIGHT, formé en 2003. Groupe relativement connu dans la scène UGBM, surtout grâce à leur immense discographie (moult démos, multiples splits, nombreux CDs, vinyles, etc....). On retrouve impliqués pour l'occasion Azgorh (ETERNUM), Blackheart (ATRA) et S . Là-encore un Black Metal qui trouve sa force dans les ambiances déversées. C'est toutefois nettement plus malsain que chez EMPIRE OF THARAPHITA. Sans doute à cause du chant vraiment flippant du corbeau écrasé par un 30 tonnes. Musicalement, le groupe alterne entre passages dépressifs plutôt lents genre le Black/Doom de chez NORTT, avec d'autres plus rapides et morbides style XASTHUR. La batterie est pas mal en retrait, toujours comme chez le one-man-band américain précédemment cité. Les parties guitares sont monotones et font sombrer dans les méandres de la folie. C'est féroce et effrayant, tel que cette musique doit l'être ! Le son dépouillé me rappelle SATANIC WARMASTER au mieux de sa forme. En digne héritier de BURZUM, DROWNING THE LIGHT remet les pendules à l'heure et prouve que le pur Black Metal a encore de sombres jours devant lui ! Excellente pièce sonore si comme moi, vous arrivez à faire abstraction de la propagande sous-jacente incluse dans l'artwork (photos des zicos avec T-shirts de DER STÜRMER, etc....). Objet limité à 666 exemplaires.

Benphegor - 8/10