La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Glaukom Synod : Obsessism XXIII

GLAUKOM SYNOD - Obsessism XXIII

Autoproduction, 2006

Electronic extrême, France

CD-R

Glaukom Synod est né en 2004 (mais en rumination depuis de longues années) et Obsessism XXIII en est la toute première production regroupant ainsi des compositions créées entre 2004 et 2006, pas mal de productions suivront. Le cerveau de Glaukom Synod n'est pas un inconnu dans l'underground puisqu'il s'agit de Gab de Nihilistic Holocaust Records, label et webzine spécialisé dans le brutal death. Au premier abord, il n'y a aucun rapport avec l'univers du death metal puisque ce projet de Gab (également actif dans Kataplasm, projet de grind noise) est totalement électronique, pourtant on lui sent une étrange parenté avec le death metal. On connaît évidemment nombre de musiciens issus de la mouvance metal extrême qui ont donné dans l'electronique, mais ici il ne s'agit pas metal-indus et encore moins de ce qu'on appelle electro-indus, power-electronic ou encore electro-dark. Peut-être un peu de tout ça à la fois et rien de tout ça au final; autant tenter de le définir alors par ce qu'il n'est pas: évidemment rien de mélodique car il s'agit bien ici d'une musique véritablement extrême, pas de place pour des nappes atmosphériques, ambiantes, sombres ou méditatives, pas de sonorités martiales, solennelles ou austères. Obsessism XXIII est assez chaotique dans sa structure. En fait, l'impression qu'il ressort c'est qu'il s'agirait de brutal death traité via ordinateur: que la banque sonore aurait été alimentée par du brutal death, d'ailleurs on retrouve certains samples de brutal death, aux côtés d'autres samples rappelant notamment du Laibach sur \"Nova Urbach Getanzt\", Treponem Pal sur \"Orgasm simulator\", du Ministry, vieille époque sur \"Immortalized in acid\", totalement déformés, retravaillés, intégrés, couplés à d'autres sampels improbables et servant d'habillage à la musique de Glaucom Synod; la démarche n'est pas sans rappeler dans une certaine mesure les débuts de Melek-tha (musicalement rien à voir...). Mais la musique de Glaukom Synod n'est pas pour autant brutale ou rapide avec des mega-blast, certes par instant, mais il s'agit avant tout d'une musique électronique chaotique et rythmique, avec une structure en collage, créant une atmosphère déjantée. 37mn de musique en 11 plages; là aussi on songe à l'inspiration du grind notamment sur la piste de 5 secondes, les morceaux pouvant toutefois s'étaler jusqu'à plus de 6mn, là aussi pas de régularité donc. Le folklore lui aussi pourrait se rapprocher du brutal death/grind, mais là aussi de loin, avec ce côté corporel et médical; d'ailleurs avec le collage d'images, il semble y avoir une thématique autour de l'apologie de la stérilité et par conséquent de l'abstinence et du travail sur celle-ci, la musique serait-elle l'expression de pulsions refoulées qui luttent entre elles de façon chaotique?!? Ce serait là une description parlante de la musique contenue dans Obessesism XXIII .

Adnauseam - 7/10