La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

In Memorium : From Misery... Comes Darkness

IN MEMORIUM - From Misery... Comes Darkness

Moribund Records, 2003

Black metal, USA

Album CD

Une pochette représentant un magnifique château pris sous négatif, un logo noble et non un vieux pâté illisible comme trop souvent, deux mercenaires déjà connus pour leur méfaits dans d'autres combos (Nihilist pour Abazagorath/Thy Infernal et Steve Fournier pour Blackgoat/Faustus) et un black metal symphonique américain de très haute classe. J'apprécie également leur label pour ses productions relativement intègres (Sargeist, le Leviathan des USA, Dodsferd, I Shalt Become...). Le décor est planté. Absolument rien n'est à jeter sur ce chef-d'œuvre. Même la courte intro passe superbement bien d'autant plus qu'elle sert d'ouverture à un titre diaboliquement efficace. Les guitares possèdent un son résolument heavy et sont particulièrement inspirées. Sans aucun doute, c'est l'un des plus gros points forts de cet opus. Des riffs aussi accrocheurs qu'entraînants couplés de parties batteries absolument terrassantes, alternant habilement blasts, roulements et breaks. Le genre de zique qui fait assurément headbanguer et qui doit mettre un sacré bordel en concert ! Enfin, j'ai appris que le groupe avait splitté en 2004 avant de se reformer en 2005 et qu'ils n'ont rien sorti de nouveau depuis. Donc niveau lives, je ne suis pas près de les voir. La basse est belle et bien présente et allume tout autant que sa cousine plus aiguë, mais elle souffre d'un léger handicap au niveau du son, car légèrement trop en retrait à mon goût. Le chant est assez banal et colle parfaitement à ce style de black étant utilisé d'ailleurs plus en tant qu'instrument que lead vocal. De toute façon, il n'aurait pas fallu une voix trop « roots » ou « true » ou encore gutturale pour ce genre de perle musicale. Effectivement, il y a du synthé, beaucoup de synthé même ! Mais ce dernier instrument se grave progressivement dans votre tête au fur et à mesure de l'écoute jusqu'à se faire accepter intégralement par votre esprit. Dans tous les cas, je me fous royalement des gens qui pensent « no synths, no melodies and no female voice », car c'est une bien misérable fermeture d'esprit ! Sinon, j'aurais apprécié que l'album soit interminable (ou au moins 2 fois plus long) car ce n'est pas tous les jours qu'un groupe sort une pareille tuerie musicale ! Buy or burn in Hell !!!

Benphegor - 9,5/10