La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Kerion : Holy Creatures Quest

KERION - Holy Creatures Quest

Manitou Music / Thundering Records, 2008

Heavy metal symphonique, France

Album CD

S'il y a bien un truc dans le metal qui soit plus catastrophique, pour ne pas dire néfaste, que l'arrivée du neo il y a quelques années, dont tout le monde a déjà oublié l'éphémère flatulence, c'est bien le sympho power opera \" metal \" à chanteuse. Il a comme seul qualité de rameuter des gens qui ne savent pas ce qu'est le metal stricto sensu mais qui à force d'écouter des madames s'égosiller de manière plus ou moins juste sur des grattes saturées et tempos effrénés se croient en être les dignes représentants. Ne polémiquons pas, contentons-nous d'être juste en chroniquant ce présent cd, parfait représentant tout ce que je déteste dans ce genre.

Le groupe a de la bouteille, cela s'entend à la parfaite maîtrise instrumentale, et a sorti ce 1er album tout d'abord de manière auto-produite, pour que finalement Thundering s'émerveille suffisamment pour le ressortir sous son égide.

Dès les 1ers accords on sait à quoi on a affaire. Synthés dégoulinants, ambiance épique à la ... euh ? Pff ? Seigneur des Anneaux ? Allez OK, adjugé, ambiance épique façon fantasy, mais avec des gentils êtres mignons qui sautillent de partout, là où j'attends des barbares qui cassent la bouche à tout ce qui bouge à coup de hache. Je leur reconnais de bien coller à cette ambiance dans les artifices mis en place, mélodies, chœurs, ambiances, construction de leur album contant une histoire improbable que je n'ai pu lire (promo oblige).

Mais qu'est-ce que ça m'emmerde. Sur une base très heavy dans les rythmiques, tu sais ce genre de rythmique galopante héritée des vieux Maiden, on s'approche parfois du speed, et des excès branlouillages du progressif dans les soli grattes ou synthés. Comme je le disais précédemment, la maîtrise instrumentale est bel et bien là mais on flirte toujours avec une ambiance mièvre et des mélodies sirupeuses gentillettes qui m'exaspèrent. La chanteuse officie correctement mais parfois certaines notes aigües semblent passer avec difficultés, et sont disgracieuses.

Ambiance pompeuse, joyeuse et propre à faire danser les nains de jardin, je retiens toutefois des pistes prometteuses, qui s'éloigne fort heureusement des canons de ce style si poussifs, à savoir quelques passages de March of the Legion (pour la mélodie réussie) ou encore de Minotaurus Furor (le chant masculin masculin couillu est carrément excellent mais anecdotique).

Encore heureux que les zicos se démerdent bien ; quoique utiliser autant de technique pour ce résultat me laisse songeur. En restant tout à fait objectif, reconnaissons que c'est bien fait. De manière subjective, qu'est-ce que ces ambiances pouêt pouêt viennent foutre dans le metal ? Rien ? Rien. On est d'accord.

Dr Jabuse - 3/10

Kerion est un groupe français formé en 1997, au sein duquel puissance et mélodie épique flirte avec le chant féminin de Flora, qui s'illustre dans un registre vocal similaire aux groupes du moment tels que Skyward, Auspex, Magica ou plus connu Nightwish (avec la nouvelle chanteuse). Cependant, les compos reprennent souvent le style du célèbre Rhapsody et dans lequel les petites cabrioles italiennes à la guitares font bon augure à l'album même si Kerion devient le énième groupe à reprendre ce style musicale, avec toutefois une certaine maîtrise et des arrangements symphoniques biens rendus. On retrouve ainsi des morceaux riches en mélodies et biens rythmés notamment les morceaux Battle of the Golems ou encore Minotaurus Furor ou encore la pièce finale de l'album Final Strike de plus de 10 minutes. Kerion s'inscrit donc au tableau des groupes émergents prêts à rejoindre les géants du genre comme Rhapsody. Les fans de power metal symphonique seront comblés par cet album et espérerons avec impatience la sortie de la prochaine production de ce groupe méritant.

Abyss - 8/10