LAMENTS OF SILENCE : Restart your mind

LAMENTS OF SILENCE - Restart your mind

My Kingdom Music, 2010

Deathrash, Espagne

CD

On ne sait plus où les coller ces combos, ils fleurissent de partout sur des labels improbables, et empruntent autant au thrash moderne qu'au death tout autant dans l'ère du temps, et au final avec ce style bâtard on ne sait pas ce qu'on écoute, ma bonne dame, quelle tragédie. Là le mystère est encore plus épaissi par l'adjonction de synthés et de chants clairs, le cul est posé entre tellement de chaises qu'on ne sait pas si tout ça ne finira pas le fion par terre. Les espingouins ont pourtant de l'inspiration puisque les deux premiers titres sont vraiment bons dans le genre, le genre moderne et peut-être, voir surement, très éphémère, encore que... à partir du 3e titre ça se gâte comme une dent en voie de perdition, ça deviendrait presque gay, ça sent le cul serré dans un futal moulant, mais celui d'un mec qui nage en pleine confusion des genres : mélodies sirupeuses enspermée de chant pédalogothique, le tout bien pourri par un synthé sur lequel on a juste envie de mettre des grands coup de marteau, à moins que ça ne soit sur celui qui joue, le tout porté par des salves de riffs tranchants, parfois tout de même efficaces, avec du mid tempo qui ne décolle jamais en parties plus rapides hélas. C'est dommage car par moment on décroche la timbale, sur les deux 1er titres donc, et sur Scream in the darkness on a même une légère influence metal/indus propre au premier album de THEE MALDOROR KOLLECTIVE. Enfin y'a un air quoi, c'est pas encore au même niveau. Au final, y'a tout de même de bons moments, car les compositions sont basées majoritairement sur les grattes et les voix, le batteur se contente d'accompagner rythmiquement, de même que le synthé tisse sa toile sur le dessus (par moment ses parties bien que très discrètes sont fondamentales pour l'atmosphère) sans non plus prendre trop le dessus (quoique les bruitages à la Pacman sont assez horripilants). Mais le groupe a préféré délayer la purée pour sortir un album au lieu d'un format plus compact, mais qui aurait été amplement suffisant. En virant les passages chiants ou gay on aurait eu un maxi bien compact et hargneux. Au lieu de ça, la laitance est diluée, très claire, peu pourvoyeuse en messagers efficients.

Dr J. - 6/10