La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

LECTERN : Precept Of Delator

Via Nocturna, 2016

Death Metal, Italie

Album CD

Quand bien même il a vu la nuit il y a presque dix-sept ans déjà, naissance alors scellée par la démo Bisbetical, le fait est que LECTERN demeure encore (trop) méconnu. A cela rien de vraiment anormal lorsque l'on sait que le groupe, après avoir végété pendant une bonne décennie, a dû attendre ces dernières années pour voir finalement son électro-encéphalogramme s'emballer vraiment avec au bout du compte (enfin), un premier méfait longue durée, Fratricidal Concelebration, publié en 2015. Depuis, les Italiens semblent désireux de rattraper le temps perdu, régurgitant déjà un nouvel opus, ce Precept Of Delator grâce auquel nombreux sont ceux qui les découvriront peut-être, ce qu'ils méritent. Vraiment.

Osons même l'affirmer, biberonné aux mamelles brutales des Grands Anciens américains, et floridiens en particulier, LECTERN  érige ce death metal tel qu'il devrait toujours être, vicieusement intense et pesamment viscéral. Respectueux du credo qui régit le culte sans pour autant patauger dans des miasmes old school, la horde romaine dresse ainsi une turgescence aussi malfaisante qu'implacable, gonflée d'une semence evil. Comme l'illustre son remarquable et menaçant artwork, dans la (bonne) tradition du genre, Precept Of Delator baigne dans les émanations d'un satanisme agressif dont ces neuf saillies forment le réceptacle bouillonnant de négativité.

Guidés par le chant bestial du fondateur Fabio Bava qui l'attire dans les profondeurs de la Moria, ces blasphèmes aux allures de cérémonies impies, libèrent le flot intense d'une brutalité pestilentielle que la maîtrise technique affichée par le quatuor, entre percussions furieuses et murs de guitares aux allures de forteresse souterraine (Fluent Bilocation), rend plus redoutable encore. Tout en ouvrant les vannes d'ambiances étouffantes et sans rechigner à creuser de vertigineuses crevasses dans cette terre gorgée d'un stupre sanglant (Palpation Of Sacaramentarian), LECTERN  imprime tout du long une violence perfide, abattant le petit bois sans jamais débander. Les seules pauses qu'il s'octroie lui permettent au contraire de s'enfoncer plus profondément encore, jusqu'à l'os.

Trapu, le menu maintient fermement une tension aussi viscérale qu'apocalyptique durant près de quarante minutes qui lessivent tout sur leur passage, moissonnant les cadavres de vierges offertes en sacrifice au Grand Bouc, avec une mortifère gourmandise (Diptych Of Perked Oblation). Tout aussi malsain qu'implacable, Precept Of Delator a quelque chose d'un étau qui vous comprime et ne vous lâche plus jusqu'à ses ultimes mesures. Héritier d'une tradition ancestrale, celle des Incantation et autre Morbid Angel, dont il récite avec une science aiguisée de la vicieuse perforation, la formule palpitante de haine, LECTERN  peut être considéré comme une des entités les plus puissantes du genre, comme l'illustre cet opus terrifiant. 

Childeric Thor - 7.5/10