LEGION OF DOOM : God is Dead

LEGION OF DOOM - God is Dead

L.O.D., 2006

True Black Metal, Grece

Album CD

Après "Kingdom of endless darkness", un album très chargé paru en 1995, puis un second album en 1997, on pouvait croire que ce duo grec devenu mythique s'était bel et bien éteint, étouffés par les trends en tout genre qui ont inondé le black métal depuis une décennie. En effet, ceux que l'on appelait déjà les "BURZUM grecs" avaient laissé la vedette à d'autres compatriotes tels que NECROMANTIA, ROTTING CHRIST ou encore ASTARTE. Seule la réédition de cette galette en 2005 avait constitué un signe de vie de leur part...Eh bien, que l'on respecte ou que l'on déteste, LEGION OF DOOM est maintenant de retour sous forme d'un trio, seul Demogorgon ayant survécu au LEGION OF DOOM des débuts. "God Is Dead" n'est donc pas une copie conforme de "Kingdom of endless darkness", car sa musique est plus creusée, mais le son reste toujours bien froid et crade ; pas mal de riffs assez bien sentis rappellent un DARKTHRONE, mais avec un sens de la mélodie qui leur est propre : ce "God is Dead" constitue donc une Ĺ“uvre tout à fait fréquentable, malsain et assez varié. Les textes de Daimon (le nouveau hurleur), assez courts, tournent toujours autour du concept satanique forgé par ce titre résolument anti-chrétien. Des titres instrumentaux sont évidemment présents, dans les pistes 4 et 8 (le dernier, au clavecin, n'est pas sans rappeler l'outro typée du premier album). Mais notons tout de même que LEGION OF DOOM se démarque moins de ses confrères par le feeling lancinant et malsain qui avait fait son unicité. L'artwork lui-même s'est assagi (oublions la croix gammée et autres textes antisémites du premier méfait...) pour une couverture au demeurant toujours bien typé black UG, de type gravure noir & blanche. Un groupe qui n'a pas tourné sa veste et qui sait ce que UG veut dire...

Autocratôr - 08/10