LIMBONIC ART : Legacy Of Evil

LIMBONIC ART - Legacy Of Evil

Candlelight Records, 2007

Black metal symphonique, Norvège

Album CD

« Legacy Of Evil » est le résultat logique de la reformation du groupe le 06 juin 2006. Membre de la vague du black metal norvégien des années 1990, Limbonic Art s'était distingué par son black métal symphonique aux ambiances sombres et majestueuses (« Moon in the Scorpio » en 1996), même si des mauvaises langues le réduisait à un groupe copain d'Emperor ; en effet, Limbonic Art était signé sur Nocturnal Art Productions, le label dirigé par Samoth. Mais ce serait faire fi du talent du duo Morfeus - Daemon qui a su évoluer des ambiances classiques vers des albums plus « thrash » à partir de " Epitome of illusions " avant de splitter en 2003. Un coffret cartonné groupant tous leurs albums avait scellé la fin de l'aventure. Les groupes sympho respectés dans les années 90 tombaient de toute façon en disgrâce ou implosaient à trop vouloir expérimenter, Cradle, Hecate Enthroned et Emperor en tête.
Avec ce dernier " Legacy Of Evil ", pas de (mauvaise) surprise : l'ancien fan que je suis retrouve parfaitement ses marques ! Le duo est toujours le même, secondé de sa boite à rythmes. Il s'agit toujours d'un subtil mélange entre ambiances symphoniques dantesques avec de furieux passages thrash très rapides, rendus souvent cliniques par l'utilisation de la B.A.R. et une prod très propre. D'ailleurs, certains titres rapides me parlent moins, car sonnant parfois un peu trop « bontempi » surproduit. Ce sont surtout les moments désespérés et sombres qui font la forte identité de Limbonic Art, même s'il ne s'agit pas là d'un retour aux sources de l'époque « Moon in the Scorpio » : Limbonic Art assume pleinement la rapidité et la puissance. Le chant n'a pas varié, typique black mais bien malsain. Et on est toujours pas volé sur la durée, avec une heure de musique pour 10 titres. La pochette ets toujours dans le style fantastique de la grande époque du groupe. Un maitre mot pour cet album : continuité. Voyons si le groupe se lâchera plus dans une prochaine production, une fois ces positions reconquises dans la scène BM actuelle.

Autocratôr - 07/10