La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Mercyful Fate : Don't Break the Oath

MERCYFUL FATE - Don't Break the Oath

Roadrunner / Combat, 1984

Dark heavy metal culte, Danemark

Album CD

Mercyful Fate est un groupe de heavy metal dirigé par le très célèbre KING DIAMOND. Ce groupe considéré avec VENOM, CELTIC FROST, HELLHAMMER, SARCOFAGO j'en passe et des meilleurs, comme un des pilloniers de la première vague de black metal, bien que leur maîtrise musicale due à une musique heavy soit incontestablement plus grande. Du black Metal, Mercyful Fate n'en a jamais fait réellement, et n'en fera sans doute jamais, mais le groupe influença le Black avec leurs textes satanistes et démoniaques, et surtout pour le Corpse Paint du King qui était beaucoup plus sérieux et engagé que celui de ALICE COOPER ou KISS. La musique de Mercyful Fate est donc purement Heavy, dans la veine des meilleurs groupes de l'époque, à la différences de ces derniers : le chant très clair et inquiétant de KING DIAMOND. Aujourd'hui le groupe est laissé en jachère depuis 1999, mais KING DIAMOND continue ses méfaits avec son groupe éponyme, dont vous pouvez achetez les trois premiers albums les yeux fermés!

On commence donc l'album avec un morceau exellent appellé \"A dangerous Meeting\", démarrant très rapide et très ferme, le chant du king est maîtrisé, les deux guitaristes enchainent solos sur solos, ceux-ci seront récurents durant tout l'album, trois ou quatre solos de guitares par morceau. Mais plus que les guitaristes au talent énorme, ce qui frappe le plus, ce sont les Break et changements rythme qui ne dérangent presque pas et qui n'entachent pas la musique; plus de trois airs différents par morceaux, roulant sans se soucier du reste, et ce phénomnène typique du groupe se base sur un jeux de batterie mise un peu en arrière, de sorte que l'auditeur est plus concentré sur les grattes et le chant, donc la batterie peut imposer un autre ryhtme aux morceaux sans choquer l'auditeur. Le morceau \"Nightmare\" confirme le talent du groupe, dans la veine du premier. La piste trois, \"Desecration of souls\", débute avec des inoubliables riffs à la basse, rien que cet air de basse vaut le coup de passer par la piste trois. Le morceau reste dans l'ensemble exellent, comme ces deux prédécesseurs, qu'attendre de plus de toutes façons. On continue dans le heavy culte jusqu'au morceau 5, le quasi éponyme \"The Oath\". Le morceau commence très ambiant, puis évolue, les riffs sont déchaînés, et le chant est des plus merveilleux, la maitrise du king est tout simplement incroyable, et ce morceau le prouve.Un deuxième solo particlièrement bon qui ferait pâlir de jalousie YNGWIE MALMSTEEN. Au morceau six, on a droit au très mélodique \"Gyspy\", auquel EMPEROR rendra hommage en le reprenant (aujourd'hui en bonus sur \"In The Nightside Eclipse\"), preuve concrète de l'influence de Mercyful Fate sur le la scène Black. Le morceau possède deux types de voix, toutes les deux enregistrées par KING DIAMOND et superposées de façon intelligente, moins de solos de guitares par contre. L'album continue dans la perfection la plus totale jusqu'au morceau \"Come To The Sabbath\", dernier morceau de l'album original (une réédition incorpore \"Death kiss\", un morceau d'une de leurs premières démos, une version primitive de \"A dangerous meeting\" mais avec un texte différent). Sans doute la meilleure plage du CD, le morceau a un refrain très original bercé par les gémissements de KING DIAMOND, le dernier break nous glace le sang sur sa reprise par un orgue inquiétant, suivi par la guitare, énorme!

En somme un album qui synthétise ce qu'on a fait de mieux en matière de Heavy metal, rejoignant les classiques de ce genre, avec un coté sataniste en plus (qui empêchera sans doute le grope de se faire connaitre autant qu'un Metallica par exemple). Une leçon, une claque, un exemple, ce deuxième album (le dernier avant le premier split, le groupe se reformera en 1993) est à posséder absolument, car avant d'être du heavy metal, avant d'être du black metal avant-gardiste, c'est de l'Art avec un grand A.

Jolly Jumper - 10/10