NACHT : Impressions Of The Night

NACHT - Impressions Of The Night

Dunkelheit Produktionen, 2010

Depressive Black Metal, Allemagne

Tape

Juste retour des choses, c'est bien dans l'underground, celui d'obscures distros, que survit désormais l'âme de l'art noir, ténèbres que le genre n'aurait sans doute jamais dû déserter. Le True Black Metal y trouve logiquement l'humus pour y proliférer à coup de tapes ultra limitées, numérotées à la main et sold out dans la foulée. NACHT est un de ces groupuscules croupissant dans des caveaux discographiques et qui font encore tout le charme du vrai Metal noir.

Ces Allemands, parmi lesquels on a identifié Baal, batteur qui prêtent aussi ses baguettes au Raw Funeral Doom de LOST et ainsi qu'au Drone incantaroire de GRIMOIRE DE OCCULTE, brassent tous les clichés du genre, du logo (presque) illisible au visuel forestier (forcément) en noir et blanc. Voilà pour la forme. Quant au fond, c'est du DSBM pur jus garanti sans espoir ni lumière et qui ne descend jamais en dessous de la barre des 15 minutes.

Fabriquée à 300 copies, Impressions Of The Night est une cassette dont chacune des deux faces est remplie d'une seule piste égrenant ce Black Metal trempé dans le terreau burzumien, monotone, répétitif et grésillant qu'enrobe une prise de son rudimentaire. Vrillés par des guitares vérollées par une lèpre au goût de rouille, "Journey Into The Eerie And Dark Forest" et "Hidden, Lost And Forgotten Between The Mysterious Fog Of Time" distillent un air prononcé de déjà entendu avec leur tempo paresseux et leurs riffs englués dans un charnier. Et ne serait-ce peut-être la partie centrale fissurant soudainement le second titre dont le souffle Ambient avale toute trace de lumière, rien ne saurait distinguer NACHT de n'importe quel autre esquadron de la mort.

Pourtant, comme souvent, on finit par marcher, ferré par cette magie modeste et néanmoins réelle dont seul ce Black Metal artisanal est vraiment détenteur, rendant l'appréciation de cette demi-heure fatalement subjective, selon qu'on soit sensible ou non à ces plaintes qui se traînent à la vitesse d'un escargot ayant absorbé du Valium par boîte de 12. Mais NACHT sait toutefois ruminer des images d'une solitude froide et boisée et capter ces impressions nocturnes, ce que confirmera l'année suivante The Cold Eerie Moon , EP riche d'une seule plague de plus trente minutes.

Childeric Thor - 7/10