NIHIL NOVI SUB SOLE : Jupiter Temple

NIHIL NOVI SUB SOLE - Jupiter Temple

MY KINGDOM MUSIC, 2010

Ambient Martial, Pays-Bas

CD

Album atypique pour le métalleux moyen, ce JUPITER TEMPLE est issu du seul esprit de Marco Kehren (ex-DEINONYCHUS, BETHLEHEM et DARK SANCTUARY) lequel, et c'est le moins que l'on puisse dire, semble profondément traumatisé par les conflits qui ont maint fois déchiré l'Europe au cours des derniers siècles.
Immanquablement, les paysages ravagés de la Première Guerre Mondiale me viennent à l'esprit à l'écoute de cette œuvre hantée par la Douleur et la Mort. Chaque titre semble dépeindre la désolation d'un champ de bataille abandonné sur lequel ne subsistent que les cadavres mêlés à la terre et la tristesse de ceux qui honorent leur mémoire. Tout concourt à suggérer à l'auditeur un désespoir sans fin : depuis les voix désincarnées qui évoquent celles des soldats tombés au combat chantant leur propre requiem aux sanglots d'une femme qui semble pleurer la perte d'un de ces derniers ( Die Angeklagten ) en passant par les samples germanisants ou les arrangements aux accents menaçants ( Stigma ).
Pas orientées Metal pour une thune, les compositions portent pourtant bien plus d'émotions négatives que bien des albums axés sur la nature maléfique de l'Homme ou la vénération du Grand Cornu. L'auditeur philosophe se posera sans doute la question de savoir quelle est la posture morale adoptée par Marco Kehren face à son sujet. Les bêlements de moutons attendant de partir à l'abattoir du titre Obedience to None semblent néanmoins indiquer qu'il ne porte qu'une estime limitée à l'existence des millions de soldats disparus dont il prétend honorer la mémoire (voir sa participation à la compilation Tribute to the dead soldiers Vol.1 chez LA CAVERNE DU DRAGON).
Simple et morbide fascination pour la guerre et les malheurs qu'elle engendre donc ? Peut-être, mais cela n'enlève rien à l'aspect tragique d'une œuvre crépusculaire entièrement inspirée par les conséquences des Grandes Boucheries qui jalonnent les livres d'Histoire.

Sargon - 8/10