NYKTALGIA : Nyktalgia

NYKTALGIA - Nyktalgia

NO COLOURS RECORDS, 2004

Black metal, Allemagne

CD

Nyktalgia est un groupe allemand formé en 2001. Leur premier album porte le même nom, composé de Quatre titres : Miserere Nobis, Lamento Larmonant, Cold Void, Lxitus Letalis. Avant de l'acheter j'avais été séduit par les quelques morceaux que j'eue l'occasion d'écouter grâce à notre formidable outil de connaissance inter-sidéral qu'est internet. Mais quelle déception lorsque je découvris la pochette et les thèmes abordés dans ce volet : la vision ridicule d'un personnage se mettant une arme de poing dans la bouche. Nonobstant de belles nuances froides, cette manie d'aborder le sujet du suicide m'horripile : c'est bien racoleur et indécent. J'espère que ce sont de grands dépressifs et qu'ils savent au moins de quoi il retourne, je leur trouverais ainsi des circonstances atténuantes. Pourquoi pas "Black metal Suicidaire", dont la vocation est d'attirer un public boutonneux et désespéré !!! Quant aux sujets développés ils ne valent pas mieux, "pourquoi continuer à vivre ?" "quelle est cette réalité ?", etc... Tous les termes suicidaires y passent. Le suicide est un thème trop personnel pour qu'on l'étale ainsi, c'est juste une question de pudeur !
Alors pourquoi je chronique cet opus ?
Je serai tenté de dire que malheureusement je trouve çà très bon, et même si c'est du déjà entendu, un vent attractif me submerge lorsque je me le passe en boucle. Déjà entendu parce que les riffs de l'excellent premier titre n'ont rien de novateur hélas, d'autant plus que le raclage de gorge nous rappelle étrangement un Grishnackh. Mais les amateurs de ce genre s'y retrouveront largement tout simplement parce que les mélodies sont ravageusement goûtues et humiliantes de saveurs !
Miserere Nobis et Lxetus Letalis fontionnent très bien, ils forment un écho de bon aloi dans l'inconscient collectif, que se soient les parties accoustiques au début du dernier morceau, que l'inépuisable triste inspiration mobido-macabro-méloncolique du premier. Quant à Winterheart, il a la parfaite maîtrise de son instrument, il s'amuse beaucoup avec la ride et les variations double pédales-caisse claire.
En conclusion, malgré une apparence caricaturale, Nyktalgia représente un opus de qualité qui s'écoute immodérément.

mönnos - 08/10