OPHTHALAMIA : A Journey In Darkness

OPHTHALAMIA - A Journey In Darkness

Avantgarde Music, 1994

Black metal, Suède

Album CD

Ophthalamia, voilà un nom qui évoque peu de chose, et pourtant le phénomène n'est pas moindre. Par contre si je vous dis Abruptum, les plus Dark d'entre vous remueront la queue ayant entendu le nom d'un des groupes les plus mythique de la scène Suédoise. Et si je vous ai dit Abruptum, c'est pour la simple et bonne raison que ce groupe est dirigé par les géniaux actants d'Abruptum, j'ai nommé It et All. Voyant grand, les deux lurons créèrent Ophthalamia la même année que Abruptum, cela nous situe en fin de l'année 89.
Il faut savoir que c'est grâce à Euronymous que Abruptum fût révélé au grand public, tout comme de nombreuses pointures telles Immortal ou Darkthrone ; enfin toujours est-il que le Prince des Morts considéraient Abruptum comme l'essence même du mal (rien que ça !). Cependant, si Abruptum eu droit à une splendide carrière, Ophthalamia, lui, resta à tout jamais dans l'ombre qui l'a vu naître, ce qui renforcera le coté mystique du concept le plus particulier de It, ce dernier possédait à l'époque pas mal de groupe bizarre notamment Vondur qui prônait le coté obscur de la Force (véridique !) !

Ophthalamia est donc un monde Fantastique imaginé par It, monde où règne la déesse Elishia entourée de nombreux démons ; un décor tout particulier directement tiré de l'imagination d'un géni, It conceptualisera également les alentours du royaume de Ophthalamia, ainsi que des habitants et une langues qui leur est propre...

Maintenant que les décors sont placés je peux passer à la musique. Le premier titre servant d'intro est tout à fait sublime et nous place immédiatement dans la froide ambiance de l'album, commençant sur un cri, la voix black fait vite place à une sombre mélodie à la guitare basse, sur laquelle vient se coller une autre voix, claire celle-ci, qui parle d'un ton glauque et sérieux, puis finit par s'emballer, ne nous laissant plus qu'un cri désespéré (sans pour autant prendre une forme black metal) bientôt suivi d'un solo de guitare très beau et quand même bien technique. Rien que cette intro témoigne du talent immense des musiciens, et la suite ne fera que le confirmer, des mélodies toujours dans des tons très sombres, afin de renforcer le coté obscur de l'album, les voix black varient, en effet, plusieurs vocalistes interprèteront celles-ci au cours de l'album.
Donc toujours des ambiances sombres et des mélodies très bien calculées, l'album est maîtrisé à 100%, se distinguant dans un style qui lui est propre, il n'y a pas vraiment de morceaux meilleurs, tous se valent, tant en efficacité qu'en beauté, l'outro, aussi originale que l'intro, clôture l'album d'une aussi belle façon qu'il n'a commencé : une voix parasitée parlant d'un air triste sur des notes de piano, resplendissant !

Ce Full-lenght est dédié à la mémoire de Dead et Euronymous, « I'll be there soon » affirme It, en attendant, ce petit bijou d'obscurité reste le meilleur album de Ophthalamia, même si les autres ne sont réellement pas mauvais. Un album-clé pour la scène black metal suédoise.

Jolly Jumper - 10/10