La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Pagan Hellfire : In Desolation, In Ruins

PAGAN HELLFIRE - In Desolation, In Ruins

Soldats Inconnus, 2007

Black metal, Canada

Album CD

Pagan Hellfire est un one-man-band canadien fondé en 1995 par Incarnatus. Il est déjà doté d'une discographie bien fournie (3 démos et 4 albums) qui a su attirée l'attention du label français Soldats Inconnus (HATE FOREST, RODOVEST , DARK AGES, etc) : en effet, il a pris sur lui de rééditer l'avant-dernier album In Desolation, In Ruins , sorti chez Water On Magnesium au format CDr en 2005 et chez Intolerant Records sous forme de tape, cette fois, en 2006. Mais SOLDATS INCONNUS a eu la bonne idée d'y inclure un neuvième titre en bonus track (« Vlkodlak ») pour rendre l'objet plus attirant, d'autant qu'il est pressé en format CD pro. Parlons enfin de musique, car celle proposée par Pagan Hellfire propose un black metal noir et harmonieux, ni raw au son de cave, ni dans la lignée « orthodoxe » qui se développe actuellement. Bien que la scène nordique des années 1990 ne soit pas étrangère à Pagan Hellfire, ses huit titres là (plus une intro) dégagent des sonorités personnelles dans leurs riffs un peu aigus et dissonants, qui lient les titres entre eux. Cela donne une ambiance glaciale et mélancolique à la fois. Pour autant, les titres ne se ressemblent pas : les tempi sont variés quoique souvent rapides, et les plans bien accrocheurs. Le chant d'Incarnatus est classique, quoiqu'un peu criard, me rappelant en cela AD HOMINEM, ce qui lui donne une touche un peu « insane », voire sadique. Les textes s'éloignent volontairement du satanisme traditionnel (et « bateau », diront certains...) pour naviguer vers des lyrics courts (en anglais) et plus personnels, semble-t-il, quoique restant très noirs. L'ensemble est bien produit, ce qui rend les titres bien audibles et assez puissants, à part le bonus « Vlkodlak », qui est bon, mais qui possède un niveau de mastering inférieur au reste, au son plus « necro ». Avec In Desolation, In Ruins , pas de révolution musicale, certes, mais de bons titres bien foutus et bien chargés en émotions. La scène canadienne recèle donc quelques perles, à l'image du « vieux » FROZEN SHADOWS, mais aussi de jeunes loups comme FORTERESSE, récemment chroniqué dans nos pages. SUPPORT !

Autocratôr - 08/10