La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Razorwyre : Another Dimesion

RAZORWYRE - Another Dimesion

Inferno Records, 2012

Heavy / Speed Metal, Nouvelle-Zélande

CD

Venu du pays des moutons tout blancs et des rugbymen tout noirs, Razorwyre débarque sur les chapeaux de roues.

Et c'est peu de le dire pusique les deux premiers morceaux ( The conjuror (Shaman's wrath) et Knights of fire ) donnent dans une veine franchement speed que pas mal de groupes des années 80' ont largement exploitée à l'époque. Razorwyre ne se cantonne cependant pas dans un seul style et tape dans tout ce qui peut sonner comme du Metal \"classique\" de nos jours : la NWOBHM évidemment, mais aussi le Thrash et tout ce qui fut à la mode entre disons, la fin des 70' et 1992 (sortie du Fear of the Dark de vous savez qui et fin d'une époque, place au Grunge).

Les kiwis s'en donnent donc à coeur joie avec la fraîcheur et l'enthousisme de la jeunesse (le groupe a été fondé en 2008 et ce Another Dimension est leur premier long effort). Ce qui ne veut pas dire que les gars ne maîtrisent pas leur propos, bien au contraire. Les riffs sont... efficaces, ils te rentrent direct dans le crâne pour te faire headbanguer dans la seconde. Ils sont servis dans leur tâche par un son au-delà de tout soupçon, un des meilleurs qu'il m'ait été donné d'entendre dans le genre : puissant, clair, net.

Après un début d'album lancé à mach 2, Razorwyre lève un peu le pied mais tout est relatif : l'ensemble est nerveu, tendu, emporté par un sentiment d'urgence qui transparaît dans chaque note. Il faut attendre The Infinite pour que l'influence du grand MAIDEN n'apparaisse comme une évidence mais ces gars là maîtrisent à fond leur sujet et repartent de plus belle sur un Desert Inferno encore plus Heavy. Le chant est évidement à l'avenant et a parfois tendance à se perdre dans les aigus, on aime ou on déteste...

Le Metal entretien une scène Heavy à l'ancienne, souvent passéiste, nostalgique et peu innovante. Razorwyre se donne le moyen de dépasser ce cadre (même si pour l'innovation on repassera) grâce à une prod' excellente et des riffs qui défriseraient un troupeau de moutons.

Sargon - 8.5/10