La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Scott Kelly : The Wake

SCOTT KELLY - The Wake

Neurot Recordings, 2008

Folk mélancolique, USA

Album CD

Et l'attente laissa la place à la déception... malheureusement. Attente justifiée: nouvelle sortie chez Neurot Recordings et album solo d'un membre d'un groupe culte, sans précédent, Neurosis . Mais déception justifiée également: un album long, qui tourne inlassablement en rond, sans arriver, finalement, à faire en sorte que l'auditeur ne décroche. J'y ai mis pourtant de la bonne volonté. Plusieurs fois je me suis risqué à réintroduire, à nouveau, ce The Wake dans ma chaîne-hifi... en vain. Ce n'est pas le manque de sincérité qui entache cet album, bien au contraire. Son principal défaut n'est pas là, je pense même que Scott Kelly n'en est finalement pas à l'origine. Le problème vient des auditeurs qui se sont penchés, qui se penchent et qui se pencheront sur cet album. Si la renommée incommensurable de Neurosis a permis à Scott de sortir cet album, elle sera également un défaut. La (quasi?) majorité des auditeurs se sont penchés sur ce projet solo en ayant en tête des albums comme « Times of Grace » ou, plus récemment, « Given To The Rising ». Or, rien, outre le timbre de voix si singulier du sieur Kelly, ne peut être lié entre son projet solo et Neurosis . Le fait qu'il n'y ait pendant ces 35minutes qu'une seule et même guitare laisse un goût, amer, de frustration. Frustration dans le sens ou l'auditeur ose espérer, tant bien que mal, que quelques éléments musicaux daignent apparaître avant l'indigestion totale. Les quelques arrangements, comme sur le morceau « Remember Me », ne suffiront pas à inverser la balance. On peut lire (apprendre?) la présence d'une basse, tenu(e) par Damon Kelly (sa femme? son fils? sa tante?), qui restera malheureusement de manière beaucoup trop éphémère tout au long de ces 7 titres.
Scott Kelly risque d'en décevoir plus d'un avec cette galette. L'auditeur, qui passe de la complexité absolue ( Neurosis ) à la simplicité (et, dans ce cas, à l'ennui) absolue, risque fort d'en déstabiliser plus d'un...

Notons, néanmoins, l'extrême qualité de la pochette de ce The Wake, réalisée par Thommy Saraceno ! Pour ma part, une des plus belles pochettes, subjectivité oblige, de ces derniers mois, proche d'un « Geisterstadt » d' Omega Massif par son côté sombre et mystérieux.

Caedes - 5/10