La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Semtex 18 : Attention matières explosives

SEMTEX 18 - Attention matières explosives

Autoproduction, 2013

RAC/thrash, France

Album CD

Pour présenter Semtex 18, nouvel arrivant de la scène thRACh métal française, commençons par une définition académique. Le Semtex est un explosif créé en Tchéquie il y a 50 ans, utilisé entre autre dans l'industrie (solidification de pièces , mines ), l'armement, et bien évidemment dans le terrorisme. Ce plastic explosif connu son heure de gloire lors de l'attentat de Lockerbie avec 312 grammes. Soit, un poids similaire à un CD - 8 pistes munis de son boîtier cristal et de sa jaquette. Bref, un nom de groupe qui correspond bien, à son patronyme, à savoir quelque chose, de rapide, convaincant, sans concession, avec une réputation qui se fera sans soucis. Avant de rentrer dans le vif du sujet, l'objet est tout de même très dépouillé, rappelant bien plus les années 1990, que 2013 (année de production du CD), ce qui créé un paradoxe entre un style musical caractérisé par ses paroles et son nom (en particulier le 18), l'imagerie qu'il y a tout autour, des sujets qui rappelles les heures de gloire des éditions \"rebelles européens\", un son franchement pas frais, enregistré par un 8 pistes au fin fond d'une cave. Face à ça, un hatecore, construit et composé à l'Américaine, plus d'actualité, et je crois que c'est tout ce qui nous rapproche d'aujourd'hui. Ainsi, et pour faire court, nous avons entre nos mains, un OVNI, dans la scène tRACh (merde, je suis obligé d'appeler ça comme ça ?), qui malgré ses compositions et son style, nous renvoie directement 15 ans en arrière (si c'est pas plus). Maintenant passons au dépouillage titre par titre :
- Appel au chaos : une intro avec une sirène, s'en suit un hatecore, speed à souhait, avec, comme je l'ai déjà évoqué un son dépassé (car le groupe mériterait mieux). Mais qui nous met dans le bain, rien d'extraordinaire, mais tout de même très accueillant.
- Interdits, mais pas Morts ! Dans un contexte plus métal, avec l'apparition de solos de guitares, ce qui me rappelle le groupe Ultimatum (le français et pas l'Italien ) ainsi que sa rythmique atypique , avec des paroles qui sont hélas peut distincts par se mixage, que je qualifierais de décaler de nos jours, mais qui rend, se titre totalement jouissif par son coté nostalgique.
- Chasse au Gnou : commencé par une introduction extraite d'un CD de rap, je vous laisse deviner ce que veut dire GNOU, et je n'irai pas développer les paroles, car là, ça frôle le BRUTAL BEGUDE. Mais à la différence de ce dernier, musicalement, cela reste entraînant, le coté oï transpirant derrière les paroles, mais la batterie, rend le tout plus agressifs en tapant sur la grosse caisse, avec un coté martelant , le coté gros son sorti d'une cave, fait ressortir l'adolescent qui est en nous !
- Blitzkrieg : ces paroles ont été écrites par un soldat français combattant en Moravie (je vous laisse faire votre recherche historique à ce sujet). Nous lance dans un véritable titre de métal puissamment armé d'un thrash des années 1980 (peut être le seul véritable titre de métal extrême).
- Gloire Eternelle : un coté épique, une double pédale, des breaks typique du black métal, mais non, un des rares titres qui me rend de marbre, parce que ni original, et parce que la médiocrité de la production n'est pas là pour transcendé ma nostalgie.
- Scalpons les tous : c'est bien un titre des plus barbares, que l'on puisse trouver ici. Une rythmique fracassé dans tout les sens , croisé d'un coté par un métal core, de l'autre coté un tRACh classique pour entonner le refrain en coeur, des plus sympathique. Un développement des paroles maîtriser par excellence, sans la moindre boulette, une grande claque, qui mérite un son digne du XXIème sicle pour ce mettre à la hauteur des groupes du genre. Un coup de para boots en pleine tronche comme diraient certains !
- Patries charnelles : une double pédale bien plus imposé que précédemment, un solo de basse, mais que nous arrive-t-il ? Une réduction de tempo. Et pourtant le style heavy thrash ressort avec complaisance, avec peu de paroles, quelque chose qui passera dans tout bon bar, en passant inaperçu.
- Victoire - Prospérité : le dernier, et peut être le titre ultime. Imaginez, un groupe de black metal NS, qui ne renierait en rien, son coté oï. Et bien voilà ce que donne ce victoire et prospérité.
Le son d'une démo, un solo de guitare révulsant (dans le bon sens) rappelant je ne sais quel obscur groupe de black metal, une batterie, et une basse coté death, et malgré tout un chant clair. Et la potion prend forme en un croisement, entre le malsain ressortant de la réverb, et la puissance des instruments, un coté völkisch, qui n'est pas là pour me déplaire. Il faut bien l'avouer, personnellement, j'ai craqué sur Semtex 18 et son Attention matières explosives , skeud dont je me délecte, chaque matin. Faisant un croisement entre un bon vieux RAC des années 1990, un métal / hardcore, bourru, entrecoupé de breaks et solos jouissifs, qui nous laisse pas une minute de répit. Le dernier titre transcende le tout avec son coté « j'explose tout », et franchi toutes les barrières du genre. Mais, ça fait dix fois que je le dis,son coté autoproduction, risque d'en refroidir plus d'un et cet album n'est pas destiné aux âmes sensibles qui s'attendent à des belles balades, mais est bien destiné aux amateurs de grosses caisses, de grosses paroles sans complexes, et de grosses c... .

MOI - 09/10