La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Sheol : Tehom / Ginungagap

SHEOL - Tehom / Ginungagap

Iron Bonehead Productions, 2014

Black Death Metal, Royaume-Uni

7''

Accouplant deux des hordes les plus evil du moment, cette petite rondelle d'une (trop petite) quinzaine de minutes au jus a tout pour devenir culte, offrande prenant la forme d'un 7'' édité par le tout aussi culte Iron Bonehead Records. Sheol et F?r sont les deux acteurs de ce split dont ils remplissent les sillons d'un titre chacun. Ces deux-là étaient d'ailleurs faits pour se croiser, tant leur trajectoire – une démo suivie d'un EP – ainsi que leur expression d'un death aux confins du black metal, semblent converger, monstre cyclopéen aux émanations viciées et sulfureuses.

Face A donc, Sheol délivre avec \"Phosphagous Amorpheon\" une ode mortifère aux relents cryptiques. Parfois rapide, le titre a des allures d'une terrifiante immersion dans les arcanes de la terre, au fond de l'indicible. Atmosphères étouffantes, voix caverneuses qui raclent les parois de ce sombre corridor qui serpentent dans les entrailles telluriques, nourrissent cet édifice niché dans les ténèbres depuis la nuit des temps.

Face B, F?r, entité qui aime cultiver le mystère, ses membres souhaitant ne pas dévoiler leur identité. Encore une fois, peu importe tant le temple que les Suédois bâtissent peu à peu, pierre par pierre, va bien au-delà de la simple réunion de quelques mercenaires de la scène extrême scandinave, cathédrale impie aux fondations tentaculaires. Plus Black que la contribution des Anglais, \"To Envisage A Fuliginous Sun\" semble littéralement être écrasé par une chape infernale, exsudant une ambiance viciée, étouffante. Abyssal, le chant est comme une excavatrice forant les profondeurs de la terre cependant que les guitares libèrent des riffs granuleux et tendus comme une verge malfaisante, aux allures d'ondes de choc mortifère qui se répandent à travers de vertigineuses arcanes.

Avec ce rituel occulte avalant toute forme de vie et de lumière, F?r parvient comme il en a le secret, à capturer cette espèce de force noire et véritablement démoniaque qui renvoit à leurs chères études bien des blasphémateurs du dimanche persuadés qu'il suffit de se grimer la gueule en prenant la pose dans une grotte pour être evil. Les Suédois n'ont pas besoin de ces artifices ridicules pour cela, adorateurs sincères d'un culte séculaire. Bref, en un mot : indispensable. Point final.

Childeric Thor - 7.5/10