La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Sicmonic : Somnanbulist

SICMONIC - Somnanbulist

Aural Music, 2008

Metal progressif, USA

Full-lenght

Prenez EPHEL DUATH, enlevez la trompette et mettez une structure un peu plus régulière dans les morceaux, vous aurez Sicmonic ou (SIC)MONIC. Fondé en 2005, ce groupe venu d'Arizona doit sortir son troisième full-lenght cette année. En attendant, faisons un petit retour sur le deuxième album, Somnambulist .

Il est difficile de décrire une série de titres qui rassemble autant d'éléments différents. Des solos de lead, des riffs catchy lorgnant vers le death, des samples discrets parfois joints à une batterie qui pilonne les oreilles comme on aime... Les éléments originaux sont tellement mélangés à ceux qui ne le sont pas qu'on ne sait pas trop comment les différencier. En tout cas, s'il y a un élément qui vaut le détour, c'est le chant. Taylor Hession, le chanteur, se débrouille à merveille sur tous les styles de voix et on a droit à des chants grognés, style black ou death, comme à des chants clairs quasiment lyriques - et même quelques passages en voix haute qui contrastent étrangement avec le reste !
Si l'on jette un oeil aux lyrics, on sera surpris par leur longueur. Ce ne sont plus des paroles mais des dithyrambes, fort bien portés par des airs qui changent tout le temps. Certains titres font la part belle à des parties quasi acoustiques, d'autres sont plus \"bourrins\" et axés grosse batterie death. Les chansons se suivent mais ne se répètent pas, les passages instrumentaux sont de toute beauté, et il y a tellement de variations au sein d'un même titre que l'on oublie parfois lequel est lequel. Par exemple, \"Of Blood and Grace\" qui commence sur un riff plutôt mélancolique et incisif, avant de partir sur quelque chose de presque post-rock, pour repartir ensuite dans des passages plus lourds. Sicmonic semble manier tous les styles et se faire son propre style avec tout ce qui existe, en s'en servant pour les dithyrambes que constituent leurs chansons (sérieusement, à part chez CRUACHAN, je n'ai jamais vu de lyrics aussi longs !). On entend tout le temps le vocaliste et c'est tant mieux.
Heavy, death, power, sympho... pas facile de faire rentrer cette galette dans une catégorie précise. Ca n'a pas le côté rentre-dedans d'un album death, ni les claviers d'un sympho, mais le côté catchy et les harmonies complexes s'en inspirent plutôt clairement.

En bref, un album de grande qualité qui se hausse déjà dans la cour des grands et rivalise avec MASTODON (si ce n'est peut-être que les albums de ce dernier groupe sont moins déjantés et d'une certaine manière plus cohérents). J'attends avec impatience la sortie du troisième CD !

Geodaxia - 9/10