La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Skogen : I Döden

SKOGEN - I Döden

Nordvis Produktion, 2014

Black Metal, Suède

CD

Non contents d'être déjà actifs dans une multitude d'autres formations plus (ENTRAILS) ou moins (BIRDFLESH) réputées, nos trois Vikings trouvent encore le temps d'enrichir à un rythme régulier la besace de Skogen. Ceci étant, enfanter un nouvel album tous les deux ans n'est pas forcément difficile en soi mais livrer de BONS albums l'est bien davantage. A leur mesure, modeste, les Suédois ne connaissent pas cet écueil, auteurs de trois solides offrandes depuis 2009 que complète aujourd'hui et de la plus belle des manières, I Döden , lequel vient sceller une alliance naturelle entre Nordvis Produktion et ses auteurs.

Si le nom du groupe signifie \"forêt\" en suédois, on ne saurait simplement le rattacher au black folklorique avec lequel il partage certes un même humus, cette muse forestière froide et terreuse. Par ses atours plus atmosphériques voire contemplatifs, Skogen se rapproche plutôt de certains de ses compatriotes tels que SVARTI LOGHIN par exemple, le côté progressif en moins, la mélancolie automnale façon ukrainienne en plus. Le décor, sinistre et envoûtant, posé, reconnaissons que le trio n'innove en rien, des arpèges boisés qu'égrène le néanmoins très bel instrumental \"Livets Ruin\" à ces lignes de guitares obsédantes traçant un chemin sinueux au milieu de paysages crépusculaires.

Peu importe au final car Skogen maîtrise son art à la perfection, ce qui lui permet de dépasser, de transcender même ce déficit d'originalité. De fait, quand bien même d'autres sont passés par là avant lui, le groupe sait nous emporter avec lui dans son périple, épique et plein d'une tragique majesté. Proche parfois de l'école ukrainienne comme cela a déjà été signalé, les Scandinaves conservent cependant toujours ces atours mélodiques à la suédoise, à l'image notamment de \"Midvintergraven\" dont seules les choeurs, grandioses et Vikings, empêchent de ne pas totalement évoquer les travaux de DRUDKH et de KLADOVEST.

Rarement rapide (\"Griftenatt\", \"När Himlen Svartnarr\"), I Döden mise davantage sur les ambiances, sur les atmosphères pastorales, que sur une tranchante brutalité. Corollaire de ce caractère, les mid tempos l'emportent le plus souvent, nobles et graves dans leur expression d'un black metal épique et païen. En dépit de sa durée (presque une heure), l'oeuvre réussit l'exploit de ne souffrir d'aucune longueur ni baisse d'inspiration quand bien même sa première moitié est aussi la plus belle, qualité qu'elle tire d'au moins deux joyaux.

Il s'agit d'une part du titre éponyme qui s'envole très haut vers le Valhalla lors d'une partie centrale gigantesque et enivrant. C'est ensuite \"Solarvore\" que vrillent des riffs douloureux que ne renierait pas KHORS par exemple. Bien que (relativement) moins marquante, l'autre moitié n'est pas en reste, grâce surtout à sa magnifique conclusion incarnée par une longue plainte de plus de 13 minutes, sombre récit d'une triste beauté qui fait mourir l'écoute sur une note presque désenchantée. Sans aucun doute, Skogen vient d'accoucher de son meilleur album à ce jour.

Childeric Thor - 8/10