La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Slavigrom : Split

MORAVSKA ZIMA - Split

Werewolf Promotion, 2008

NSBM, Slovaquie

CD

Bon, on n'est pas là pour rigoler avec ce genre de skeud. Il faut déjà savoir que Carpath , le guitariste/bassiste de Slavigrom est un ex-INFERNO(cze), alors que Sarapis le batteur de MORAVSKA ZIMA, est resté le batteur actuel de ce même INFERNO(cze). On commence donc par MORAVSKA ZIMA qui nous délivre 2 titres inédits plus une reprise de War de BURZUM. Ce qui frappe immédiatement à l'oreille, c'est la rage et la puissance que ce groupe distille dans son black à tendance très brutal. Une sorte de croisement entre SEKHMET et INFERNO en aussi violent si ce n'est plus. Même genre de son que les comparaisons faites précédemment. C'est-à-dire bien froid, puissant, discernable et propre en même temps sans tomber non plus dans le stéréotype \"Metallian\". La reprise de BURZUM nous propose une version très thrash de War . Comme si BURZUM avait soudain prit un virage à la DESASTER(ger). Du bon dans l'ensemble, et nettement mieux que les 2 titres que j'avais pu entendre sur le split Bohemia-Moravia-Northemia . Je tiens à souligner la présence d'un vrai batteur qui maitrise ses futs et c'est juste diablement (héhé) appréciable et jouissif ! Je passe au duo slovaque répondant au doux nom incompréhensible de Slavigrom. Ce groupe nous délivre là-aussi 2 titres inédits plus le reprise de Semper Fi de NARGAROTH. Black metal nettement moins transcendant. Les 2 premiers titres reposent assez sur la lourdeur des atmosphères que les guitares jouent. On se rapprocherait plus ici d'un mélange entre les parties lentes de XASTHUR et les chefs-d'œuvre lugubres de NORTT. Le génie créatif en moins. Car sur ces 2 morceaux, l'ennui monte petit-à-petit même si le deuxième titre commence plus rapidement. Je ne connaissais pas l'originale de NARGAROTH, mais c'est le seul titre que j'ai vraiment aimé. Beaucoup plus d'écho dans la voix. Les riffs sont racés et incisifs. La batterie ou b-à-r (je ne sais pas trop...) ne sonne plus comme une casserole. Ca passe très bien avec ses putains de riffs entrainants ! Mais le seul dommage étant que ce morceau reste une reprise. C'est comme le dessinateur qui décalque un modèle. Ce n'est pas représentatif du groupe malheureusement. Un petit split underground comme je les aime cependant.

Benphegor - 4/10