La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Sons Of Alpha Centauri : S/T

SONS OF ALPHA CENTAURI - S/T

Sound Devastation records, 2007

Stoner psychédélique, Royaume-Uni

Album CD

Groupe anglais, formé depuis quelques années maintenant, en 2001 pour être précis, Sons of Alpha Centauri nous a offert en fin 2007 son premier album. Totalement instrumentale, j'ai mis pas mal de temps pour cerner totalement leur musique (prétentieux va!), utilisant aussi bien des vieux riffs heavy (proche parfois d'un bon vieux Black Sabbath ) que des passages plus hypnotiques/psychédéliques proche cette fois-ci d'un Tool . Défi certes louable, mais non pas sans difficulté! Vouloir marier aussi bien l'ancien avec le neuf, beaucoup se sont risqués dans cette entreprise, et beaucoup se sont cassés les dents. Difficile de dire si Sons of Alpha Centauri (au passage, et tout particulièrement aux nombreux cosmologues lisant les chroniques de la Horde Noire, l'alpha centauri est le système solaire le plus proche de la Terre) a réussi ou pas. Répondre aussi clairement serait beaucoup trop manichéen, la disparité entre les morceaux étant trop importante. Globalement, je peux à l'inverse dire que le son, sans être mauvais, n'est pas à la hauteur de ce style de musique, le son de la caisse claire étant, par exemple, particulièrement mauvais. Mais outre cela, on frôle en effet le très bon avec par exemple le morceau « 26 » (tous les morceaux du groupe sont nommés par un numéro) et ses passages hypnotiques à souhait, mais on frôle aussi l'emmerdement profond quelques secondes plus tard, comme si l'on venait tout d'un coup de subir une sévère dépressurisation. Certains passages me semblent beaucoup trop faciles, se risquer dans cette tâche qu'est de jouer peu de notes, pourquoi pas, certains groupes s'en tirent avec les félicitations du jury comme les belges d' Amenra (je me permets de les citer car ils ont également sorti la version LP du monstrueux Mass III sur Sound Devastation records ), après il ne faut pas se tromper dans ce difficile choix, au risque de lasser rapidement l'auditeur. Quelques éléments électroniques feront leur apparition, sur « 23 » par exemple, apportant un peu de fraîcheur à cette galette sans toutefois la rendre particulièrement atypique. Un projet donc qui semble ambitieux, et même si l'on ressent l'influence de groupe comme Kyuss , Black Sabbath ou encore de Tool ou Pelican (morceau « 9 » ayant cette même approche de composition) pour le côté résolument moderne, je ne pense pas que ce soit là le principal défaut/reproche que l'on puisse leur faire. Ce serait pour ma part plus dans un manque de réel efficacité, causé par un ensemble beaucoup trop disparate. Quelques morceaux très bons montrent que le groupe a du potentiel, mais ces morceaux montrent également et par conséquent que le groupe s'est aussi un peu perdu en cours de route, laissant l‘auditeur un peu sur sa faim. Rappelons cependant que cet album est leur première véritable sortie, j'attendrais donc un peu (un EP « Thread » devrait prochainement voir le jour) avant de donner un avis définitif sur cette formation anglaise...

Caedes - 6,5/10