La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Spinal Shiver : Laments of Disgrace

SPINAL SHIVER - Laments of Disgrace

Autoproduction, 2007

Gothic metal, Italie

Album CD

« Danse violon, au rythme mélancolique de cette batterie sereine... perds toi dans la torpeur de cette voix lointaine et dors... »; voici Spinal Shiver, groupe de goth-metal, avec leur premier album : Laments of Disgrace. L'album commence avec \"From a Whisper to a Scream\"(7.18 min). En douceur donc avec l'inspiration goth d'un violon qui explose dans un metal agressif et violent souligné par une voix d'homme relativement puissante. Cette violence n'est que limitée dans le temps tout comme la vitesse de jeu, car une émotion de tristesse ressurgie quelque temps après avec un passage composé de guitares sèches, violons... le tout pour replonger dans une sorte de final explosif martelé de clins d'œils Pagan ! L'album commence bien. Spinal Shiver nous propose une succession de musiques telles que \"Darkness in the Mirror\" ou \"Tired Eyes\", dans la même veine que \"From a Whisper to a Scream\", avec cependant plus de passages goth. Les compositions sont bien agencées faisant penser à quelques références que je me permets de citer : WITHIN TEMPTATION ou THEATRE OF TRAGEDY. Quant aux passages metal purs, l'esprit « old » CRADLE OF FILTH ressort pleinement. C'est pas mal ! L'écoute continue avec \"Miserquiem\". L'ambiance s'alourdie au glas d'une boite à musique, d'une voix de femme abstraite et ce violon omniprésent. Les guitares se font plus agressives, le rythme passe du rapide au lent. Les riffs déroulent parfaitement et basculent sur un dialogue en ¾ haletant entre un violon et un piano. C'est sans interruption que la musique bascule sur un 4/4 reprenant la conversation valsée entre le violon et le piano. Les guitares et la batterie se taisent. Une guitare sèche reprend, avec toujours ce violon. L'instant goth est là... Le piano vient se mêler à la mélodie douce puis arrivent les autres instruments dans un crescendo symphonique pour un final fleuri et puissant. Le reste de l'album reste dans la même veine. Une alternance entre le tempo heavy black, harmonisé de plages clavier, et les passages goth ambiant ou goth dit déroulant. Les instruments ainsi que les voix sont propres, les mélodies sont belles et valsent votre cœur dans un esprit goth. L'amalgame de cet ensemble et l'omniprésence attristante du violon restent intimes et à aucun moment ne s'écartent de votre aura... L'album dure 45 minutes environ. Il y a là, juste ce qu'il faut pour passer un agréable moment. C'est une magnifique autoproduction. Ce groupe recherche un label.

Sanctuaria - 7/10