La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Swirling Sunwheels : The Strong Shall Prevail

SWIRLING SUNWHEELS - The Strong Shall Prevail

Musiques et Traditions, 2004

Dark ambient / industriel, Canada

Album CD

On connaît les liens (mais aussi les ruptures) qui ont pu exister entre la scène industrielle/dark ambient et la scène black metal avec par exemple des groupes passerelles comme MZ412; avec Swirling Sunwheels c'est un nouveau pont qui est jeté mais cette fois-ci entre la scène industrial/ dark ambient et la scène black NS; projet qui a d'ailleurs évolué puisque ce style n'était pas le style originel qui était plus orienté électro, mais l'unique protagoniste S.Winter souligne avec raison qu'il faut abolir les frontières musicales. C'est ici quatre longues plages d'industriel dark ambient qui sont proposées pour un total de 35 minutes. Il est probable que la nouvelle orientation du projet trouve son origine dans la découverte de la nouvelle scène industrielle/ post industrielle /industriel martial puisqu'on retrouve ici et là des éléments de ces scènes, probablement dû à cet intérêt commun pour la guerre et pour la lutte contre la décadence de l'Occident. Cet attrait initial a pu être suscité par l'imagerie de ces scènes souvent jugées bêtement tendancieuses par certains auditeurs incultes et non connaisseurs, caractère tendancieux qui a pu ainsi attiré notre protagoniste qui pour sa part n'est pas vraiment dans la même optique, puisque ce projet se revendique plutôt d'une idéologie, le label définissant l'album comme de l'\"aryan ambient\". On retrouve ainsi des éléments de cette nouvelle scène industrielle telle qu'une vieille chanson allemande en intro (style Der blutharsch) ou des samples allemands controversés des années 30, le troisième morceau incorpore des éléments qui évoque légèrement le \"Die weisse rose\" des Joyaux de la princesse. L'ensemble reste en général plutôt ambient sombre avec bruitages oppressants évoquant un peu Brighter death now ou Mz412 mais pour un tout plutôt minimaliste et répétitif, quoique les morceaux évoluent et se sous-divisent à l'intérieur. Un album donc correct mais il reste encore du travail à fournir.

Adnauseam - 6/10