La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

The Count Nosferatu Kommando : Ultraviolence Über Alles

THE COUNT NOSFERATU KOMMANDO - Ultraviolence Über Alles

Kodiak, 2002

Death Indus, France

Album CD

\"Ladies and gentlemen, please welcome The Count Nosferatu Kommando\". Sur cette harangue débute l'opus enragé du projet de messieurs Heinrich et Hreidmarr. Ce dernier, vocaliste d' Anorexia Nervosa , profite du succès de son groupe pour enregistrer cet Ultraviolence über alles aux studios Drudenhaus de Nantes. Et ce sont, en effet, quarante minutes d'une ultraviolence rafraîchissante à laquelle nous avons à faire. CNK nous distille une musique industrielle et électronique où des guitares tranchantes, des vocaux surpuissants (qu'on ne présente plus), des rythmes et des ambiances hystériques s'allient dans un climat de fine bestialité. Ultraviolence avant tout : avant les métaphores et les ambiances souvent éculées du black métal, avant les prétentions philosophiques douteuses d'une scène électro-gothique-indus qui s'essouffle (à l'image du dernier Das Ich), avant le \"fun\" qui s'empare de la scène métal et fait sauter les kids. Les \"so-called lyrics\" écrits par Melissa de Sainte Croix (et non par Hreidmarr), n'ont pour autre prétention que celle de vomir une haine (bien plus directe que dans Anorexia Nervosa) que nos deux dandys brutaux savent rendre exaltante. Le temps n'est plus à la concession : des jeunes \"trendies\" aux fascistes excités, tous possèdent un anus dans lequel les membres de CNK prendront plaisir à y introduire leur canon scié. \"No Mercy, no fascism, no respect, no law, no peace, no future\" : le nihilisme est complet ; nos deux comparses se suffisent à eux-mêmes. Et nous dans l'histoire ? A nous de suivre les leçons. De cette écoute, une seule envie nous hante, celle de prendre un flingue et de tirer au hasard (\"Get a Gun - Shoot at Random\", le sixième titre) dans cette sous-culture décadente dont beaucoup même dans les scènes underground se sont rendus complices. Derrière ces regards libidineux lancés sur la pochette par Mr Heinrich, il y a une mise en garde : qui se laisse séduire et s'approche verra sa tête prendre les dimensions de l'univers sous les balles du fusils à pompe de Mr Hreidmarr. On vous aura prévenu ! En tout cas, une œuvre à mettre dans les mains de tout adolescent en crise pour qu'il patiente et ne pète les plombs que le jour seul où sa folie saura être efficace.

Matt