La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

The Foetal Mind : The Grand Contraction

THE FOETAL MIND - The Grand Contraction

Hypnotic Dirge Records, 2010

Black Doom, France

CD

Si, sur le papier, peu de temps paraît séparer Suprême cheminement , publié seulement l'an passé, de The Grand Contraction , en réalité ce délai raisonnable n'illustre en rien les difficultés tant humaines que techniques que The Foetal Mind a dû supporter ces douze derniers longs mois, à tel point que le sabordage du navire, unique issue possible, a été évité de peu.

Né d'une situation chaotique, The Grand Contraction , autant résurrection que rédemption, s'est clairement nourri de cette ambiance déprimante et délétère. Il en porte les stigmates. Depuis 2007, le projet s'est construit autour de Lord Trowe pour peu à peu devenir un vrai groupe. Mais, désormais privé de chanteur, l'entité s'est resserrée autour d'un simple duo. La musique qui, si elle continue d'évoluer, épouse elle aussi ce retour aux sources vers des racines dépressives et cendreuses.

Quasiment absent (sauf sur \"Big Crunch\"), le chant s'efface au profit d'une atmosphère instrumentale que tissent en premier lieu des guitares obsédantes et belles à en pleurer. Parfois rongées par une rouille Black Metal (\"Esperit Nosible\") ou plus émotionnelles (\"Silence\", tout d'abord squelettique avant de monter en puissance), les six-cordes ont quelque chose d'une vigie funeste, guidant le pèlerin dans la brume, phare fantomatique perçant la nuit aux mains de naufrageurs.

Influencé par le KATATONIA originel, filiation de cœur évidente sur le morceau éponyme, The Foetal Mind séduit peut-être davantage lorsqu'il s'en affranchit pour sculpter un matériau plus personnel quand bien même le fluide d'un Black suicidaire mais étonnamment mélodique alimente toujours ses veines. De fait, à un \"The Collapse\" néanmoins beau et entêtant, on préfèrera des compositions tout en progression telles que \"Positive Destruction\", aux contours abrupts ou le lancinant \"Nothingness\".

D'une manière générale, les motifs décharnés réussissent plutôt bien aux Français, comme le montre le bien nommé \"Instrumental\", qui débute sur un tapi ambient, lequel cède ensuite la place à des lignes de guitares sécrétatoires d'une tristesse infinie. C'est superbe.

Au final, The Foetal Mind aboutit à une œuvre plus singulière qu'il n'y paraît de prime abord, qualité que le projet doit beaucoup à son caractère instrumental qu'il serait bien inspiré de continuer à creuser. Echappé des limbes, The Grand Contraction se révèle excellent tout du long et ce faisant fait plus que confirmer tout le bien que l'on pensait de ses auteurs suites à leurs prometteuses démos. Ceux-ci font souffler un peu de nouveauté au sein d'une chapelle qui donne l'impression d'avoir un peu tout dit.

Childeric Thor - 7.5/10