La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Thornium : Mushroom Clouds and Dusk

THORNIUM - Mushroom Clouds and Dusk

Soulseller Records, 2009

Black metal, Suède

Album CD

Thornium est avant tout un projet solo fondé en 1993 par Thypheus, et mis en sommeil de 1995 à 2007 du fait que le sieur purgeait une peine de taule (Cuuulte, sauf que nous ne savons pas pourquoi, peut-être un motif peu glorieux vu la discrétion du bonhomme à ce sujet !). En tout cas, ce Mushroom clouds and dusk donne enfin une suite à Dominions of the Eclipse sorti en 1995 en pleine vague du revival black metal nordique. Coincé entre EMPEROR, IMMORTAL, MAYHEM, SATYRICON, ACIENT, BEWITCHED, SACRAMENTUM, BURZUM et de nombreux autres combos prestigieux, ce premier méfait m'avait complètement échappé. Et s'il était du même acabit que cet opus de la cuvée 2009, ce fut une lourde faute. Je m'explique : Thornium reprend logiquement la tuerie là ou beaucoup de groupes cités ci-dessus ont laissé les armes. Je pense là aux « math-metal » de EMPEROR, au « I » daubé de IMMORTAL, au virage rock'n'roll de SATYRICON et DARKTHRONE, à la conversion technoïde de Burzum, sans oublier le « false Mayhem » des années 2000... certes, Thornium ne donne pas l'impression d'avoir vu le (petit) monde du black évoluer, du fond de sa taule... Eh bien, tant mieux ! Des esprits constipés vous diront que Thornium n'est qu'un clone de plus de la vague scandinave des années 1990. Mais moi, j'y vois une œuvre dégagée des modes, sincère, et terriblement efficace : musicalement, Thornium se situe sans concessions dans la veine suédoise du BM à la DARK FUNERAL et MARDUK, avec ses riffs simples mais très rapides (beaucoup sont blastés), ses mélodies mineures bien senties. Et le chant sadique et contenu rappelle plutôt celui de GORGOROTH. Les thèmes sont évidemment ceux de la grande époque, au service du Malin (c'est même le nom du titre deux). Mais la petite touche personnelle, le petit \"plus\" pour qu'un tel album décolle est bien là: beaucoup d'accords plaqués et de mini-arpèges intégrés à des rythmiques endiablées, des arpèges glauques et des passages hypnotiques avant des reprises hystériques, et des mélodies désespérées rendent cette galette terriblement efficace de noirceur et de violence. La production, elle, est bonne, bien claire et pas surproduite : on y entend bien tous les instruments, sans que cela ne sente le studio suédois stéréotypé « Göteborg » à 1000 $ la journée. La pochette, concoctée avec talent par un membre de DARK TRANQUILITY, est superbe, frappée de la Faucheuse d'un coté, et de l'étoile du Chaos de l'autre. Si vous cherchez ou est la relève du BM suédois des années 1990, en voici un fier vétéran !

Autocratôr - 09.5/10