La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Urfaust : Drei Rituale Jenseits Des Kosmos

URFAUST - Drei Rituale Jenseits Des Kosmos

Debemur Morti Productions, 2008

Black doom expérimental, Pays-Bas

Mini-CD

Avec les productions du label français Debemur Morti, on peut s'attendre sans mauvaise surprise à du black metal sombre de qualité. Urfaut ne fait pas exception et propose même un black metal non stéréotypé particulièrement malsain, sur cet ep du moins. Tout comme pour INFESTUS sorti peu après, la collaboration avec Debemur s'est révélée productive et a permis visiblement au groupe de proposer quelque chose de bien plus intéressant et chargé que par le passé. Parti d'un black metal lancinant, avec un chant parfois un peu folk malsain (rappelant celui de Isengard), Urfaust propose après deux albums, un nouveau mini-cd qui ne peut se ramener à du simple black metal, et qui outre-passe surtout la simple classification en black metal dépressif. L'ambiance de cette production est particulièrement glaciale et angoissée, rappelant un peu l'atmosphère de Striborg, même si musicalement c'est assez différent. Et même si le courant dont se rapproche le plus Urfaust sur cet ep est la scène black dépressive avec ses tempi lents, cette définition est bien trop étroite, la musique est très lente, mais sans être non plus du doom, c'est bien plutôt une musique comme paralysée avec ce synthé hypnotisant avec un chant dément, torturé et déformé. L'aspect ambient très bien intégré peut s'expliquer par le fait qu'initialement Urfaust était un projet solo d'ambient sur sa première demo Urvaterlicher Sagen en 2004 (rappelant en cela Angantyr débuté comme projet ambient ou encore la mutation de October falls passant de la dark folk au black folk). Les sons dissonants omniprésents rappellent BLUT AUS NORD avec la différence majeure que la musique de Urfaust est très lente, et qu'il n'y a pas de place pour la furie.

Par contre, les deux protagonistes ne payent pas de mine, non pas qu'ils aient la mine maladive qu'on pourrait attendre, mais on a plutôt là deux braves metalleux bien trop basiques, plutôt cool avec leur vestes patchées avec l'historique du metal et leurs bières, et qui sont impliqués dans des groupes bien différents: notamment du happy folk metal avec Grimm, du black thrash, du true black, du funeral doom; ils touchent donc à toutes les mouvances en vogue. On peut ainsi avoir des doutes sur l'authenticité de leur travail maladif; certes Shining, Ondskapt and co ont aussi parfois des attitudes de metalleux basiques... C'est à se demander si cette expression du mal-être et de la dépression, n'est pas simplement devenu un \"trip\" comme le satanisme, les vampires, l'ont longtemps été, d'autant que le trip funéraire fait aujourd'hui extrême et la guerre avec le doom est finie.

Cela étant dit, ces trois morceaux sans nom, démarche qui rajoute encore de l'atmosphère, sont toutefois excellents, et baignent quelque part entre le black et le doom, pour un résultat expérimental, malsain et maladif, que je ne peux que conseiller aux amateurs de musiques maladives et bizarres.

Adnauseam - 8,5/10