La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Valkyrja : The Antagonist's Fire

VALKYRJA - The Antagonist's Fire

World Terror Committee, 2013

Black metal, Suède

CD

Finalement, Valkyrja n'aura pas renoncé à l'obscurité bien longtemps. Et c'est donc avec plaisir qu'on retrouve aujourd'hui la horde suédoise chez le modeste mais précieux World Terror Committee après un passage éclair par la case \"grand public\" via Metal Blade dans le catalogue duquel figure Contamination , son second méfait. Gageons qu'elle est bien plus à sa place au sein d'un label underground que dans une écurie avant tout guidée par le son du tiroir-caisse.

Car, pour qui l'a déjà vu sur scène, comme cela fût le cas de votre serviteur, en Suède lors d'un festival en 2010, il ne fait aucun doute que le groupe ne triche pas, exhortant les forces ténébreuses avec la même sincérité que son faux frère jumeau ONDSKAPT, avec lequel il ne se contente pas de partager quelques musiciens, dont le ferrailleur Simon Wizen, mais suintant surtout un feeling véritablement Evil identique. L'évidente musicalité de son art qui le distingue à première vue de son aîné et qui doit il est vrai beaucoup au jeu d'une ténébreuse flamboyance de son principal guitariste et auteur, n'étouffe jamais une bestialité à la fois rampante et vicieuse, laquelle n'est pas prête de s'essouffler, comme en témoigne le successeur de Contaminaton .

The Antagonist's Fire nous dévoile ainsi une formation plus furieuse que jamais. La durée générale de ses titres, lesquels n'hésitent pas à voisiner souvent avec les huit minutes au jus, le dernier d'entre eux allant même encore plus loin, ne doit surtout pas vous faire croire que la démoniaque verge des Suédois commence à se ramollir, à perdre de sa malsaine vigueur. Bien au contraire, ces derniers font même montre d'une agressivité décuplée se nourrissant de cette architecture étirée aux tentaculaires ramifications. Il suffit d'écouter le brutal \"Season Of Rot\" pour mesurer cette puissance dans l'expression d'une haine hallucinée.

Enrobée dans une couche sonore rugueuse qui honore sa viscérale âpreté, la musique de Valkyrja conjugue avec brio violence et mélodie. Violence de ces saillies qui font saigner les muqueuses, alternant pénétrations supersoniques et coups de boutoir rampants (\"Treading The Path Of The Predator\"), blasts ravageurs et imprécations caverneuses. Violence de ces ambiances de lèpres insidieuses, de maladies pestilentielles qui prolifèrent, contaminant tout sur leur passage.

Mais érodant ces foudroyants contreforts, il y a toujours les perforations, qui labourent les chairs à la manière d'un scalpel rouillé, de Simon Wizen, impérial tout du long, aussi à l'aise avec le riffing gangréneux (l'intro démentielle de \"Betrayal Incarnate\") qu'avec les soli qui vous procurent des frissons (\"Eulogy (Poisoned, Ill And Wounded\"). Son jeu bouillonnant de noirceur emporte l'album dans un tourbillon de fiel, le plongeant plus qu'il ne l'illumine au final, dans une nuit éternelle. Il est l'homme de ce disque qu'il émaille d'interventions dont l'éclatante virtuosité ne grève en rien la tranchante perversité. Des pulsations telles que \"The Cremating Fire\" ou Madness Redeemer\" portent son incontestable griffe, charnier au fond duquel s'accouplent cruauté et atours mélodiques.

Sévère et imparable, The Antagonist's Fire est une très grande offrande faite au Black Metal dans ce qu'il a de plus insane et donc de plus réussi. Sombrement grandiose.

Childeric Thor - 8/10