La Horde Noire Webzine metal extrême depuis 2002

Weregoat : Unholy Exaltation Of Fullmoon Perversity

WEREGOAT - Unholy Exaltation Of Fullmoon Perversity

Parasitic Records, 2012

Black / Death metal, USA

EP

Malgré – ou à cause de - son patronyme et les pseudos derrière lesquels les trois musiciens qui le composent se planquent, soit Nocturnal Hellfucker, Sadoseducer et Indiscrimnate Impregnator ( ?), on a tout de même un peu du mal à prendre au sérieux Weregoat qui a tout de la parthouse entre potes, dont le mercenaire de la batterie Tim T. (THE HOWLING WIND, ALDEBARAN...), rassemblés pour exalter les forces sombres d'un Black/Death aussi blasphématoire que malfaisant.

Ceci étant, première (petite) giclée de moins de 30 minutes d'un sperme au goût de souffre, Unholy Exaltation Of Fullmoon Perversity présente un groupe qui ne rigole pourtant pas vraiment, monstre qui dresse une verge épaisse dont les veines qui la sillonnent sont gonflées d'un noir et visqueux venin. Les titres parlent d'eux même : \"Nuclear Cunt\", \"Abysmal Whore\" ou \"Antichrist Kommand\" se passent de commentaires, révérence au grand Bouc auquel des femmes, le corps nu, prêtes à être écartelées sont offertes en sacrifice.

Préférant les saillies frénétiques qui font saigner les mucqueuses, témoin ce \"By The Light Of The Moon\" et sa minute et 12 secondes d'aggression, le trio honore son cahier des charges, encore qu'il ne rechigne pas à serrer le frein à main, le temps de ce \"Invoke The Black Oblivion\", mid-tempo implaccable qui, positionné presque à mi-parcours d'une écoute supersonnique, coupe celle-ci en deux, marquant une pause cependant malsaine à souhait. Il s'agit par ailleurs du titre sans doute le plus réussi du lot, peut-être du fait de son caractère exceptionnel. On ne peut toutefois s'empêcher de regretter qu'il soit si isolé, les Américains se montrant très à leur avantage dans ce registre. Pour autant, le reste, bien que toujours rapide, patauge dans une vicieuse bouillie néanmoins audible car Weregoat abrite des musiciens chevronnés et non une bande de médiocres masquant leurs nullité derrière une croûte sonore soit disant evil.

Contrairement à la frange True ou Ambient, Le Black/Death réclame d'être carré, qualité dont peuvent se targuer nos trois lascars. Reste que Unholy Exaltation Of Fullmoon Perversity ne saurait passer pour autre chose que le EP séminal éjaculé par un groupe en gestation et de série B. Du coup, quel avenir peut-on lui prédire ? Difficile à dire tant Weregoat peine à cacher son statut de maîtresse que ses membres lutineront quand ils en ressentent l'envie...

Childéric Thor - 6/10